Blocage des dépôts de carburant : envoyer les CRS n'empêche pas la polémique

le , mis à jour le
0
Bruno Le Maire juge que le déplacement de Valls est une vraie faute, une vision datée et assez  mesquine, a immédiatement  répliqué le Premier ministre. 
Bruno Le Maire juge que le déplacement de Valls est une vraie faute, une vision datée et assez  mesquine, a immédiatement  répliqué le Premier ministre. 

Le gouvernement semble bien décidé à ne pas laisser s'installer de pénurie de carburant. Après les annonces d'Alain Vidalies destinées à calmer les routiers, deux dépôts de Dunkerque (Nord) ont été repris aux manifestants par des CRS dimanche matin, a-t-on appris de sources concordantes. Tôt dimanche, plusieurs dizaines de CRS ont délogé de deux dépôts les manifestants qui les bloquaient depuis jeudi matin, sans rencontrer de résistance, a rapporté la préfecture du Nord à l'AFP. « Cela doit permettre aux transporteurs d'affréter des camions, le préfet ayant un pris un arrêté les autorisant à rouler aujourd'hui », a affirmé un porte-parole de la préfecture. Cependant, aucun camion-citerne ne s'y était encore présenté à la mi-journée, a constaté une correspondante de l'AFP.

Les salariés du dépôt de Mardyck, dans la banlieue de Dunkerque, étaient quant à eux toujours en grève. Par ailleurs, à Douchy-les-Mines près de Valenciennes, une trentaine de manifestants bloquaient toujours l'accès au dépôt, notamment à l'aide de pneus. « On ne lâchera pas jusqu'au retrait de la loi El Khomri », a prévenu Will Dans, porte-parole du syndicat SUD dans le Valenciennois.

Pour faire face à la pénurie de pétrole, le préfet du Nord avait pris vendredi un arrêté « portant interdiction de vendre, d'acheter, de distribuer ou encore de transporter du carburant dans tout récipient transportable (jerricans,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant