Bleus : Quand Rocky inspire Nikola Karabatic...

le
0
Bleus : Quand Rocky inspire Nikola Karabatic...
Bleus : Quand Rocky inspire Nikola Karabatic...

Récemment blessé à un adducteur avec le PSG, Nikola Karabatic a fourni un gros travail physique pendant un mois afin de revenir à temps pour le Championnat d'Europe polonais qui débute vendredi. Dans une vidéo publiée par la Fédération française, la star des Experts raconte que Rocky, le héros boxeur de Sylvester Stallone, a toujours été pour lui une source d'inspiration...

Pleinement rétabli après plusieurs semaines de convalescence suite à une déchirure à un adducteur en décembre, Nikola Karabatic a accompli un match abouti dimanche lors de la victoire des Bleus face au Danemark (36-28) en Golden League. Le voilà donc fin prêt pour l’Euro qui débute en fin de semaine en Pologne. « Je me suis fait une petite déchirure à l’adducteur début décembre avec le PSG, explique la vedette du hand tricolore dans une vidéo dévoilée lundi par la Fédération. Ce qui est bien quand tu sors de blessure, c’est que tu n’as pas fait de hand donc t’es très content de reprendre le hand, de faire un entraînement avec les potes. »

« J’ai envie de jouer pour être dans le rythme et être bon à l’Euro »

Reconnaissant qu’il a probablement accéléré un peu sa reprise afin d’être dans le rythme pour ce Championnat d’Europe, l’ancien Barcelonais ne cache pas son ambition, toujours renouvelée malgré les nombreuses succès décrochés avec le maillot bleu. « On a une grande compète qui arrive. Oui, j’aurais pu peut-être prendre un peu plus de repos pour être sûr. Mais en même temps j’ai envie de jouer pour être dans le rythme quand arrivent les matchs et pour être bon à l’Euro. »

Le modèle Rocky

Au sortir de ce gros mois de travail physique, Nikola Karabatic révèle l’une de ses sources d’inspiration pour être capable d’accumuler ces heures d’efforts : le héros de cinéma...Rocky ! « Je me souviens toujours de Rocky que je regardais quand j’étais petit. Tu voyais Rocky bosser, en montagne avec des bouts de bois sur les épaules. Il bossait comme un malade. Quand j’étais petit je faisais pareil chez moi, je faisais des haltères, des pompes et des abdos. Même si c’est difficile, je prends beaucoup de plaisir dans le travail physique. Tu souffres, c’est dur, mais il y a un résultat derrière et dans le sport de haut niveau tu ne peux pas être bon sans le travail physique. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant