Bleus : Les Experts prennent leurs aises à l'Elysée

le
0
Bleus : Les Experts prennent leurs aises à l'Elysée
Bleus : Les Experts prennent leurs aises à l'Elysée
Depuis vingt ans, les présidents passent mais l'équipe de France de handball gagne toujours. De quoi prendre de bonnes habitudes dans les salons de l'Elysée pour fêter les titres qui se succèdent.

C'est dans leur plus beau costume mais avec les yeux bien fatigués que les Experts ont rendu visite au Président de la République. En famille pour certains, avec une poussette sur le célèbre perron de l'Elysée. Une colonie joyeuse qui prend ses aises, pour certains, sous les ors de la République. La force de l'habitude après plusieurs titres pour les plus anciens. Epuisé, Claude Onesta doit s'asseoir dans l'attente de François Hollande, retenu ailleurs un peu plus longtemps que prévu. L'un des conseillers du président en profite pour discuter un peu du séjour au Qatar. Nicolas Karabatic est également éreinté et vient prendre possession des chaises dévolues aux journalistes présents. Finalement, le président arrive et vient s'installer au micro, après un premier message adressé par le président de la Fédération Joël Delplanque. Avec humour, François Hollande peut féliciter ce « très vieux » Jérôme Fernandez, « 37 ans, c'est très vieux. » Il félicite aussi spécialement Claude Onesta, Nicolas Karabatic ou Thierry Omeyer, car il faut « un bon gardien au hand comme il faut un bon gardien des institutions... »

« On devrait vous appeler les Experts Gagnants »

Le président de la République profite de la tribune : « C'est rare d'avoir des champions du monde à l'Elysée. Et vous, ça fait 20 ans que ça dure, ça doit être agaçant pour les autres et je veux avoir une pensée pour eux. Ça les motive aussi. L'explication de vos succès, c'est le talent, le savoir-faire, l'expérience et l'enthousiasme. A un moment il faut une qualité de plus : l'unité, le rassemblement, le collectif qui rend plus fort. On vous a surnommé les Experts. On devrait vous appeler les Experts Gagnants. » François Hollande profite du sport, qui doit être selon lui exemplaire, pour faire passer des messages plus sociétaux. Il félicite ces champions qui sur le terrain ressemblent aux Français : « Vous aimez la France et vous lui ressemblez car vous avez cette liberté-là ! Vous défendez des belles valeurs, celles de la République. Le sport n'est pas qu'une compétition. C'est un exemple ! Être un modèle ce n'est pas facile mais vous avez donné de la fierté à notre pays au moment où il a souffert ! Merci. »

Rendez-vous en France en 2017... et 2024 ?

Le temps des paroles convenues est passé. Le capitaine Jérôme Fernandez peut offrir un maillot floqué du numéro 19 à son hôte du jour. François Hollande vient alors plaisanter avec les champions avant de poser fièrement avec le trophée, après qu'un des handballeurs facétieux ne lui ait glissé sa médaille autour du cou. Un dernier cliché et tout le monde peut s'en aller. Devant l'Elysée malgré le froid et le plan Vigipirate renforcé, une poignée de supporters est encore là pour ovationner les invités du jour, l'occasion de leur dire merci eux aussi. Encore une fois... En espérant le faire à nouveau, dans deux ans pour les Championnats du monde en France. « Et dans un an à Rio, avait lâché le président de la République. Avant d'autres Jeux Olympiques... » Il est vrai que voir la joie de ces sportifs pousse un peu plus François Hollande à rêver de voir les anneaux olympiques flotter sur Paris en 2024.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant