Bleus : Le Graët ne ferme pas la porte à Benzema

le
0
Bleus : Le Graët ne ferme pas la porte à Benzema
Bleus : Le Graët ne ferme pas la porte à Benzema

Absent en Bleu depuis le début de l’affaire Valbuena, Karim Benzema n’est pas persona non grata en équipe de France selon le président de la FFF Noël Le Graët. Ce dernier laisse Didier Deschamps seul décisionnaire quant à l’avenir en sélection de l’attaquant du Real Madrid.

Revoir Karim Benzema porter le maillot de l’équipe de France n’est pas quelque chose qui déplairait au président de la Fédération Française de football. Noël Le Graët, dans un entretien accordé au quotidien L’Equipe, confirme sa position concernant l’attaquant du Real Madrid, écarté de la sélection depuis le début de l’affaire Valbuena, dans laquelle son nom est apparu. Après avoir décidé, en accord avec le sélectionneur, de le suspendre pour l’Euro 2016 en France, le patron du football français a ouvert la porte à un retour de l’ancien Lyonnais sous le maillot bleu.

Le Graët : « Le jour où la justice aura tranché... »

Mais, pour l’ancien dirigeant de l’En Avant de Guingamp, l’avenir de Karim Benzema n’est pas sans ses mains, mais dans celles de Didier Deschamps. « Je suis contre les sanctions à vie. Il faut que Benzema passe en justice, on ne va pas prendre un risque, quel qu'il soit, confirme Noël Le Graët. Il n'a pas fait l'Euro, ce n'est pas rien. Le problème ne se pose pas pour le moment mais il est sélectionnable comme beaucoup d'autres joueurs. Nasri, par exemple. Le jour où la justice aura tranché, seul Didier décidera de le réintégrer ou pas. » Une question qui ne se pose pas dans l’immédiat, Karim Benzema étant blessé à une hanche et absent avec le Real Madrid, tout comme celle de la prolongation de contrat de Didier Deschamps, qui ne sera abordée qu’après les élections à la tête de la FFF, assure Noël Le Graët.

Le Graët veut plus de Nike

Autre dossier qui pourrait devenir brûlant pour la FFF, la renégociation des contrats avec ses partenaires et, au premier chef, son équipementier. Lié à la marque américaine Nike depuis 2011 et jusqu’en 2018 pour 45 millions d’euros par an, la Fédération entend obtenir plus de son partenaire après appel d’offres. « Tous nos contrats avec nos partenaires nous lient jusqu’en 2018. Le seul que nous allons regarder de très près pour une consultation dans les prochaines semaines, c’est celui de notre équipementier, confirme Noël Le Graët. Cette négociation est plus compliquée car il n’y a que deux ou trois grands équipementiers dans le monde. Le contrat que nous avions signé en 2009 était le meilleur du monde. Mais l’Allemagne, désormais, a mieux avec Adidas. Nous sommes contents de Nike et Nike est content de nous. Après, il y a l’argent. On va discuter avant l’ouverture des plis de l’appel d’offres. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant