Bleus : faut-il jeter le 4-4-2 ?.

le
0
Bleus : faut-il jeter le 4-4-2 ?.
Bleus : faut-il jeter le 4-4-2 ?.

Contre l'Albanie vendredi, Didier Deschamps a expérimenté un 4-4-2 en losange, histoire de se construire un plan B. L'expérience n'a duré qu'une mi-temps avant un retour aux fondamentaux du 4-3-3. Est-ce déjà la fin du 4-4-2 ?
" Quand c'est nouveau, il n'y a pas d'automatismes. On peut faire mieux dans ce système, mais je ne veux pas non plus le condamner. " Après le nul contre l'Albanie vendredi (1-1), Didier Deschamps n'en menait pas spécialement large à propos de son 4-4-2 en losange. Le sélectionneur des Bleus voulait voir et il a vu : un duo d'attaque Lacazette-Benzema qui n'a pas fonctionné face à une défense albanaise bien en place, des latéraux qui ont eu du mal à apporter un vrai surnombre et ont souvent été mis en danger sur les contres albanais, et un milieu de terrain où Cabaye n'a pas réellement su s'exprimer dans ce rôle de sentinelle qui ne lui convient pas. Valbuena a bien tenté de compenser en étant un peu partout, mais c'était trop peu pour bousculer la formation de Gianni De Biasi, laquelle ne s'est pas imposée au Portugal en septembre par hasard.
" L'occupation du terrain est plus rationnelle avec un trio d'attaquants "
Concernant le manque de percussion de son duo offensif, Didier Deschamps s'est refusé à tout jugement hâtif, préférant appuyer sur le faible passé commun des deux meilleurs attaquants français du moment et la solidité des Aigles albanais : " Trouver des repères, ce n'est pas facile, surtout face à une équipe qui ne laisse que peu d'espaces." Une équipe qui n'a pas laissé d'espaces ou peu, mais qui a su utiliser parfaitement ceux laissés dans le dos des latéraux français, Digne et Jallet étant régulièrement mis en danger durant la rencontre. Au final, c'est en revenant aux fondamentaux du 4-3-3 après la pause que les Bleus ont réussi à revenir dans le match : " À la mi-temps, le sélectionneur a dressé le constat exact et a trouvé des solutions pour qu'on rectifie le tir ", avait confié Lloris après la rencontre en zone mixte. Le constat ? "On a changé de système en seconde période et cela a été beaucoup mieux ", synthétisait Pogba. Lacazette déporté sur la gauche, un milieu en triangle, et des attaques plus tranchantes après l'entrée de Griezmann... Avec un peu plus de réalisme chez Benzema, les Bleus auraient même pu arracher la victoire. " On a plus de repères avec une attaque plus en largeur, l'occupation du terrain est plus rationnelle avec un trio d'attaquants. Que ce soit avec un triangle bas ou haut au milieu. Il faut passer par là, par rapport à notre objectif, l'Euro", résumait Didier Deschamps après le match. En...

" Quand c'est nouveau, il n'y a pas d'automatismes. On peut faire mieux dans ce système, mais je ne veux pas non plus le condamner. " Après le nul contre l'Albanie vendredi (1-1), Didier Deschamps n'en menait pas spécialement large à propos de son 4-4-2 en losange. Le sélectionneur des Bleus voulait voir et il a vu : un duo d'attaque Lacazette-Benzema qui n'a pas fonctionné face à une défense albanaise bien en place, des latéraux qui ont eu du mal à apporter un vrai surnombre et ont souvent été mis en danger sur les contres albanais, et un milieu de terrain où Cabaye n'a pas réellement su s'exprimer dans ce rôle de sentinelle qui ne lui convient pas. Valbuena a bien tenté de compenser en étant un peu partout, mais c'était trop peu pour bousculer la formation de Gianni De Biasi, laquelle ne s'est pas imposée au Portugal en septembre par hasard.
" L'occupation du terrain est plus rationnelle avec un trio d'attaquants "
Concernant le manque de percussion de son duo offensif, Didier Deschamps s'est refusé à tout jugement hâtif, préférant appuyer sur le faible passé commun des deux meilleurs attaquants français du moment et la solidité des Aigles albanais : " Trouver des repères, ce n'est pas facile, surtout face à une équipe qui ne laisse que peu d'espaces." Une équipe qui n'a pas laissé d'espaces ou peu, mais qui a su utiliser parfaitement ceux laissés dans le dos des latéraux français, Digne et Jallet étant régulièrement mis en danger durant la rencontre. Au final, c'est en revenant aux fondamentaux du 4-3-3 après la pause que les Bleus ont réussi à revenir dans le match : " À la mi-temps, le sélectionneur a dressé le constat exact et a trouvé des solutions pour qu'on rectifie le tir ", avait confié Lloris après la rencontre en zone mixte. Le constat ? "On a changé de système en seconde période et cela a été beaucoup mieux ", synthétisait Pogba. Lacazette déporté sur la gauche, un milieu en triangle, et des attaques plus tranchantes après l'entrée de Griezmann... Avec un peu plus de réalisme chez Benzema, les Bleus auraient même pu arracher la victoire. " On a plus de repères avec une attaque plus en largeur, l'occupation du terrain est plus rationnelle avec un trio d'attaquants. Que ce soit avec un triangle bas ou haut au milieu. Il faut passer par là, par rapport à notre objectif, l'Euro", résumait Didier Deschamps après le match. En...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant