Bleus / Didier Deschamps : « Matuidi ne doit pas bien vivre cette situation »

le
0
Bleus / Didier Deschamps : « Matuidi ne doit pas bien vivre cette situation »
Bleus / Didier Deschamps : « Matuidi ne doit pas bien vivre cette situation »

Didier Deschamps, le sélectionneur des Bleus, fait le point avant les matchs contre l’Italie et la Biélorussie. L’ancien coach de l’OM revient notamment sur la présence d’Ousmane Dembélé et la hiérarchie chez les gardiens de but.

Didier Deschamps, que vous inspire ce nouveau rassemblement des Bleus ? Etes-vous inquiet avec les forfaits de Nabil Fekir et Alexandre Lacazette ? Je ne suis pas inquiet. Ce n’est pas pour cette raison que j’ai appelé Ousmane Dembélé. Evidemment, sur le plan offensif, il y a eu deux forfaits. Il y a aussi eu d’autres joueurs qui n’ont pas eu de temps de jeu ce week-end. Ousmane est un jeune joueur. C’est vrai qu’il était prévu pour les deux matchs importants avec les Espoirs, mais j’ai le besoin d’avoir des joueurs en bonne condition. C’est son cas. Il a fait tout la préparation avec Dortmund. Il a des caractéristiques de vitesse, il est capable de jouer sur les deux côtés. J’ai voulu avoir à disposition des différents profils. Après, je vais voir dans les prochains jours la condition physique des uns et des autres. Que pensez-vous de l’ancien Rennais ? Je le suis depuis longtemps, il a des qualités de vitesse, il fait des différences dans ce registre. Il est très intéressant. Ses premiers matchs avec Dortmund confirment son potentiel. Il a toutes les qualités pour le haut niveau, ce n'est pas un hasard, comme pour Anthony Martial ou Kingsley Coman. Il peut jouer sur les deux côtés, j'ai voulu avoir à disposition différents profils aussi.

Mandanda titulaire les deux matchs ?

Avec le forfait de Hugo Lloris, quelle va être la hiérarchie chez les gardiens ? Avant de vous annoncer quelque chose, je vais d’abord en parler aux principaux intéressés. Mais Steve sera évidemment celui qui sera amené à jouer. Peut-être les deux matchs (ndlr : contre l’Italie et la Biélorussie). Probablement même pour avoir des repères. Cela fait un moment qu’il est avec nous, mais il n’a pas toujours joué et c’est important d’avoir des repères avec sa défense. Comment s’est déroulée l’arrivée des nouveaux ? Les jeunes n’ont rien à faire de particulier. S’ils sont là, c’est que j’ai confiance en eux. Quand on vient pour la première fois à Clairefontaine, c’est toujours un peu particulier. C’est au reste du groupe de faire en sorte de bien les accueillir. Ils doivent se sentir à leur place. Ils doivent être eux-mêmes et profiter de ce moment. Il s’agit d’un moment important dans leur carrière. Ce n’est pas une finalité, mais c’est le début d’une aventure. Cela demandera aussi en confirmation en club.

Deschamps : « A Matuidi d'avoir les bonnes réponses »

Le Mercato d’été se termine mercredi soir. Suivez-vous de particulièrement près les cas de Moussa Sissoko et de Blaise Matuidi ? Sissoko oui, mais je ne sais pas pour Matuidi. Je ne suis pas le président du Paris Saint-Germain. Je ne m’inquiète pas, mais je suis sûr qu’il ne doit pas bien vivre cette situation. Il a été un joueur cadre du PSG depuis quatre, cinq ans. C’est un international français en puissance. Sa situation actuelle ne peut pas lui plaire. Après, je ne suis pas le président ou l’entraîneur du Paris Saint-Germain pour savoir ce qu’ils veulent, ce qu'ils comptent faire. Blaise est un joueur important pour l’équipe de France. Là, ce n’est pas embêtant, mais ce n’est pas la meilleure situation. Quand on a connu plusieurs saisons comme titulaire en puissance avec beaucoup de responsabilités, c’est difficile de pouvoir accepter d’être impliqué à 80 ou 60%. A lui d’avoir les bonnes réponses par rapport aux semaines et aux mois qui viennent. Que vous inspire la nomination de Thierry Henry comme adjoint chez les Diables Rouges ?  C'est bien pour lui, il va mettre le pied à l'étrier, même si c'est dans un rôle de second adjoint. A-t-il eu des propositions en France ? Je ne sais pas... L'important pour lui, c'est cette première expérience internationale. S'il l'a acceptée c'est que le challenge est intéressant pour lui.

Deschamps : « L'Euro est derrière nous ! »

Comment allez-vous préparer les rencontres au programme ? On a un examen le 6 (ndlr : contre la Biélorussie en qualifications pour le Mondial-2018). Il y a trois points en jeu. Mais je n'ai pas d'élève, j'ai plutôt des pères de famille. On se retrouve avec beaucoup de joie et un objectif clair : se qualifier pour la prochaine Coupe du Monde. Ça passe d'abord par un premier match prestigieux en Italie et un autre plus important encore en Biélorussie. Pensez-vous encore à l’Euro ? Mais c’est derrière nous ! Mon souhait est de nous en servir, oui, mais pas de nous endormir dessus. On part sur une longue période, ce ne sera pas à chaque fois les mêmes joueurs qui seront appelés. Ceux qui sont là aujourd'hui devront en profiter et confirmer. Il y a 40, 50 joueurs que l’on suit et ça peut évoluer évidemment. Ce n'est pas parce que l’on est vice-champion d'Europe que l'on sera au Mondial en Russie, il faudra se battre et ça commencera en Biélorussie.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant