Bleus - Deschamps : « Vous n'êtes pas dans ma tête »

le
0

S’il a refusé de s’exprimer sur les polémiques déclenchées par Karim Benzema notamment, Didier Deschamps, après avoir tout d’abord laissé s’exprimer Patrice Evra, a en revanche accepté de dresser un état des lieux avant le dernier match amical, samedi contre l’Ecosse à Metz.

[fpvideo mediaid='digiteka' url='http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01896197/zone/1/showtitle/1/src/uqmrpx '] Didier Deschamps, Patrice Evra vous fait-il rire vous aussi lorsque vous vous retrouvez à côté de lui en conférence de presse, comme c’était le cas vendredi ? Je lui ai dit de venir. Il n'est pas à part. Qu'il vous fasse rire par moment, ça peut m'arriver à moi aussi. Il est comme ça, je le connais depuis longtemps. J'ai dû être dur par moment avec lui aussi, mais il le sait. Comment avez-vous réagi aux propos de Karim Benzema ? Je n'ai pas à faire de commentaire, je ne rentrerai pas dans ce débat. Moi, je suis en immersion. Oui, je suis en immersion, je suis très bien, concentré. C'est très facile. Vous pouvez me croire ou ne pas me croire. Tout ce qui peut se passer au dehors, peu importe. Les joueurs savent, mon staff aussi. On est concentré sur ce qu'il se passe et ce qui nous attend. C'est ça le plus important. Vous aviez dit le 12 mai que Yohan Cabaye était la doublure de Diarra, qui a déclaré forfait depuis. Votre réflexion a-t-elle changé ? C’est loin le 12 mai, je ne me rappelle pas. Mais oui, il fait partie des joueurs qui sont susceptibles. Après, libre à vous d'établir des hiérarchies, vous n'êtes pas dans ma tête. Yohan a quitté le PSG pour retrouver du temps de jeu, il en a eu. Après, il s’est blessé. Je ne sais pas s'il a progressé, il était déjà au niveau international. Donc s'il est au même niveau, déjà, c'est bien, il n'a pas 22 ans non plus. S'il gère mieux certaines situations, oui, il a progressé. Sur votre dernier match, votre défense centrale est apparue comme le point faible. Etes-vous de cet avis ? J'entends ça depuis que je suis là que la défense centrale est le point faible. On prend des buts, ce n'est pas que la défense centrale. On va devoir être plus performant défensivement parce que le haut niveau a besoin de ça. J'en ai conscience, je vais tout faire avec les joueurs pour améliorer ce qui ne va pas.

Deschamps : « Griezmann ne sera pas au repos »

En revanche, offensivement, vous disposez de beaucoup d’atouts… Offensivement, il y a un potentiel très intéressant avec de jeunes joueurs qui n'étaient pas là il y a deux ans. C'est sans doute pour ça qu'on a une capacité à marquer des buts et à se créer des occasions. Dimitri Payet peut-il débuter l’Euro avec un autre statut que celui de titulaire ? Il est revenu, il a enchaîné de grandes performances avec son club. Peut-on se priver de sa qualité sur les coups de pied arrêtés ? (Au journaliste) C'est une question déguisée, ça, enlève ton masque ! Griezmann va-t-il être ménagé face à l’Ecosse ? Non, Griezmann ne sera pas au repos, il sera concerné par le match, mais il ne jouera pas 90 minutes, ça, c'est sûr. Etes-vous déjà en mode compétition alors que se profile ce dernier test ? On s'est mis en mode compétition dès que nous sommes partis sur Nantes. Elle ne commencera que le 10, mais ce n'est pas en étant la tête en l'air qu'on va s'y mettre la veille ou le jour du match. On n'est pas là pour faire de la figuration. On commence une compétition. Je veux que les joueurs aient beaucoup de confiance et d'ambition. Après, c'est un Euro, on sera dans la difficulté. Voyez-vous plus loin que ce premier tour ? On se concentre sur nos trois premiers adversaires et on verra. Après la défaite au Brésil, il y avait beaucoup de tristesse. Je suis content que ça se passe en France, mais on se doit d'avoir de la détermination et l'ambition.

Deschamps : « Très peu de pays organisateurs ont gagné la compétition »

Quelle est la similitude entre aujourd’hui et 1998, où vous étiez déjà le pays organisateur ? La similitude avec 98, c'est justement qu'on est le pays organisateur. Il y a une attente très importante, mais très peu de pays organisateurs ont gagné la compétition. Ce doit être un plus pour nous, pas quelque chose qui doit nous freiner ou nous rendre fébrile. Cela doit être un petit plus qui permette aux joueurs de se sublimer et d'aller au bout d'eux-mêmes. Ressentez-vous de l’excitation ? Oui, heureusement. Un championnat d'Europe en France, c'est excitant, exaltant et magnifique. Cela ne va pas être simple mais je considère ça comme un privilège. Connaissez-vous l’équipe qui débutera le 10 juin ? L'équipe qui débutera demain (samedi) ne sera pas forcément celle qui débutera contre la Roumanie. Oui, je l'ai dans ma tête l'équipe qui débutera le 10 juin. J'ai une idée bien précise, mais ça peut évoluer. Je suis désolé, ce n'est pas terrible comme réponse (rires). Propos recueillis par P.G., à Metz
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant