Bledisloe Cup : La Nouvelle-Zélande bat l'Australie et entre dans l'histoire

le
0
Bledisloe Cup : La Nouvelle-Zélande bat l'Australie et entre dans l'histoire
Bledisloe Cup : La Nouvelle-Zélande bat l'Australie et entre dans l'histoire

Large vainqueur de l’Australie (37-10), samedi à Auckland dans le cadre de la Bledisloe Cup grâce notamment à deux essais de Julian Savea, la Nouvelle-Zélande a établi un nouveau record absolu en remportant sa 18eme victoire consécutive.

Les All-Blacks sans égal. En écrasant l’Australie (37-10), samedi à Auckland dans le cadre de la Bledisloe Cup, la Nouvelle-Zélande a établi un nouveau record absolu en devenant la première équipe de l’histoire à remporter 18 victoires de suite. Les Blacks avaient eu à deux reprises la possibilité d’atteindre cette marque historique, mais les deux fois, ils avaient trébuché. Il y a deux ans, c’est d’ailleurs face à l’Australie, humiliée samedi en Nouvelle-Zélande, que les Néo-Zélandais s’étaient cassé les dents. Cette fois, les champions du monde n’ont pas laissé passer l’occasion d’écrire un énième chapitre de leur histoire et de celle de leur sport, en ne laissant que des miettes à des Wallabies qui ont notamment volé en éclats sur chacune des percussions du destructeur Julian Savea, auteur samedi de ses 44eme et 45eme essais en carrière (seuls trois joueurs – Rokocoko, Cullen et Howlett - ont fait mieux).

Et pourtant, l'Australie aurait pu repasser devant au score...

L’ailier explosif des Hurricanes, qui faisait son retour comme titulaire lors de cette troisième rencontre de l’année entre les deux pays pour le compte de la Bledisloe Cup (les deux premiers l’avaient été dans le cadre du Rugby Championship), a été l’un des grands hommes de la démonstration de force de cette Nouvelle-Zélande, qui a confirmé samedi qu’elle était très certainement la meilleure équipe de l’histoire du rugby sur le plan international. Le pire, c’est que les All Blacks, qui ne menaient plus que 15-7 à la mi-temps après avoir pourtant survolé le début de match (10-0 après dix minutes), n’ont pas semblé dans un très grand jour. Avant de définitivement surclasser leur adversaire du jour (six essais), les Néo-Zélandais sont même passés tout près d’une grosse frayeur, après un essai de l’Australien Speight que l’arbitre aurait pu accorder sans qu’il n’y ait à crier au scandale. Ce deuxième essai australien de la partie aurait fait tache. A l’arrivée, il restera uniquement anecdotique comparé à l’exploit magistral réalisé samedi devant près de 48 000 spectateurs privilégiés (47 744) par cette équipe de Nouvelle-Zélande sans égal.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant