Blasphème et rébellion en Russie

le
0
L'Église orthodoxe veut punir un show anti-Poutine des Pussy Riot.

De notre correspondant à Moscou

Les cinq filles cagoulées du groupe Pussy Riot qui, le 21 février dernier, avaient entonné une chanson anti-Poutine dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, ont réussi une opération de provocation au-delà de leurs espérances. La brève odyssée de ces punks orthodoxes, aujourd'hui en détention préventive et qui risquent jusqu'à sept ans de prison pour «hooliganisme», dégénère en polémique nationale que le pouvoir semble avoir du mal à contrôler.

Devant l'ampleur du malaise, le président Dmitri Medvedev a tenté hier de jouer les conciliateurs en déclarant que «la prison ne rend pas les gens meilleurs». Les Pussy Riot «ont, elles, obtenu ce qu'elles voulaient: la popularité», a constaté le chef du Kremlin, laissant entendre que l'affaire devrait s'arrêter là.

Comble de la provocation, la«prière punk»de ces jeunes mères de famille, qui appelait la «Sainte Vierge à chasser Poutine», avait été «célébrée» dan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant