Blanchiment-Après les réformes, le Vatican doit faire le ménage

le
0
 (Actualisé, réaction du Vatican, §7) 
    STRASBOURG, 15 décembre (Reuters) - Après s'être doté 
d'instruments de contrôle de ses institutions financières, le 
Vatican doit passer aux travaux pratiques en menant à leur terme 
les enquêtes sur des cas supposés de malversations, estime 
Moneyval, un organe du Conseil de l'Europe chargé de la lutte 
contre le blanchiment d'argent. 
    Dans un second rapport de suivi publié mardi à Strasbourg, 
les experts européens notent que 29 enquêtes financières ont été 
lancées par les autorités judiciaires depuis 2012, date du 
rapport d'évaluation initial publié par Moneyval à la demande du 
Saint-Siège. 
    Quelque 11,2 millions d'euros de capitaux sont actuellement 
gelés dans le cadre de ces enquêtes.  
    Aucune poursuite ni confiscation d'avoir n'avaient toutefois 
été engagées au 30 septembre 2015. 
    "La solide base législative qui a été mise en place pour 
prévenir et poursuivre le blanchiment de capitaux doit 
maintenant produire des effets sous l'angle des poursuites 
judiciaires", indique le rapport. 
    "Les autorités doivent s'assurer que la gendarmerie et les 
services du parquet ont la capacité de conduire des 
investigations financières proactives, efficaces et 
minutieuses", ajoute-t-il. 
    Interrogé sur ce rapport, le porte-parole du Vatican, le 
père Federico Lombardi, s'est contenté mardi de rappeler le 
communiqué publié la semaine dernière qui soulignait que 
Moneyval saluait les efforts menés par le Saint-Siège dans la 
lutte contre le blanchiment d'argent. 
    Le pape François, élu le 13 mars 2013, est crédité d'une 
grande partie des réformes menées, pour réformer 
l'administration du Vatican et améliorer la transparence de ses 
opérations financières, dans le prolongement d'un processus 
engagé par son prédécesseur Benoît XVI. 
    Sous son autorité, l'Institut pour les oeuvres de religion 
(IOR), la banque du Saint-Siège, a été réorganisée, les pouvoirs 
de l'Autorité d'information financière ont été étendus et un 
nouveau ministère a été mis en place afin de superviser les 
activités économiques de tous les départements. 
 
 (Gilbert Reilhac, édité par Marine Pennetier et Guy Kerivel) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant