BlackFin s'attend à une phase de consolidation dans la finance

le
0
VERS UNE NOUVELLE VAGUE DE CONSOLIDATION DANS LE SECTEUR FINANCIER EUROPÉEN
VERS UNE NOUVELLE VAGUE DE CONSOLIDATION DANS LE SECTEUR FINANCIER EUROPÉEN

par Matthias Blamont et Lionel Laurent

PARIS (Reuters) - Le secteur financier européen devrait connaître une nouvelle vague de consolidation, surtout au sein des entreprises de taille moyenne, à mesure que les grandes banques continuent à rationaliser leurs activités, a déclaré mercredi à Reuters un dirigeant du fonds d'investissement français BlackFin.

BlackFin, qui concentre ses opérations dans les services financiers en Europe continentale et détient une participation de près de 15% au capital du broker Kepler Cheuvreux, examinera de nouvelles cibles dans le courtage, la gestion d'actifs et la banque en ligne, a expliqué Paul Mizrahi, directeur général, au cours d'une interview accordée à Reuters.

"Nous avons beaucoup travaillé dans le courtage d'assurances où nous avons réalisé plusieurs opérations. Nous regardons aussi beaucoup la gestion d'actifs où nous pensons qu'une phase de consolidation va se jouer", a-t-il dit.

"Elle concernera à la fois les petits acteurs, en dessous de la taille critique, et les grands groupes qui avaient des activités d'asset management assez peu différenciées, parfois mal intégrées", a-t-il ajouté.

La crise financière a contraint un grand nombre de banques européennes à lancer des programmes de réductions de coûts et à céder des portefeuilles en vue de renforcer leurs fonds propres pour se conformer aux exigences réglementaires. Si beaucoup de professionnels estiment que l'essentiel de ce travail a été accompli, il reste encore des actifs à vendre.

Fondé en 2009, BlackFin a levé 220 millions d'euros avec un premier fonds, BlackFin Financial Services Fund, dont un peu plus de la moitié a été investi dans des tickets généralement compris entre 20 et 100 millions d'euros.

"Nous avons connu une époque avec des banques européennes dites 'universelles' qui étaient finalement assez domestiques. Progressivement, nous voyons les banques devenir plus internationales mais contraintes de faire des choix assez marqués en termes de métiers", a fait valoir Paul Mizrahi.

"Les banques vont devoir choisir un, deux, trois métiers, tout ce flux est positif pour nous car il nous donne la possibilité d'acheter ou de vendre des sociétés."

Selon le dirigeant, cette tendance devrait concerner toute l'Europe et BlackFin entend être particulièrement attentif aux développements en la matière en Europe centrale, en Allemagne et en Espagne.

Kepler Cheuvreux, dont BlackFin contrôle désormais 16,5% depuis la cession d'une partie des parts de Crédit agricole S.A. dans Cheuvreux à Kepler Capital Markets, aura par ailleurs vocation à nouer de nouveaux partenariats avec les banques.

La société assure l'activité de courtage d'UniCredit en Italie et en Allemagne et celle de Crédit agricole en France.

"C'est un modèle que nous pourrions étendre à d'autres pays européens à travers des acquisitions complémentaires. A titre d'exemple, il pourrait s'agir de l'acquisition d'un broker espagnol avec un partenariat monté avec une banque", a déclaré Paul Mizrahi.

"Avec Kepler Cheuvreux nous sommes en position pour regarder les acquisitions suivantes. Rien n'est concret aujourd'hui mais c'est clairement un objectif pour 2014, dans tous les pays, il va y avoir des opportunités."

A l'exception des opérations de restructuration et de cessions d'actifs imposées par la crise, le marché des fusions-acquisitions dans le secteur de la finance est resté atone en France ces trois dernières années.

La dernière transaction d'envergure remonte à 2009 avec le rachat du belge Fortis par BNP Paribas et la fusion des activités de gestion d'actifs de la Société générale et de CASA la même année.

avec Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant