BlackBerry bientôt fixé sur son avenir

le
0
BlackBerry bientôt fixé sur son avenir
BlackBerry bientôt fixé sur son avenir

Du chinois Lenovo au fondateur de BlackBerry Mike Lazaridis, les candidats, présumés ou déclarés à la reprise de l'ex-fleuron canadien des smartphones se pressent à l'approche de l'expiration de l'offre de rachat du groupe financier Fairfax.Au bord du gouffre, le pionnier des smartphones a conclu fin septembre un accord avec un consortium emmené par son premier actionnaire, le fonds d'investissement canadien Fairfax, en vue de son rachat pour quelque 4,7 milliards de dollars (3,4 milliards d'euros). L'offre, qui prévoit le retrait de BlackBerry de la Bourse, arrive à échéance le 4 novembre.Les investisseurs ne semblent toutefois guère convaincus par cette solution. Depuis que le consortium a annoncé ses intentions, le titre de BlackBerry a toujours été inférieur aux 9 dollars proposés pour le rachat. Les analystes doutent en effet que les potentiels acheteurs disposent des fonds nécessaires. Il est envisageable que le consortium révise son offre à 7 dollars par action, selon un scénario envisagé par la maison de courtage Jefferies.C'est dans ce contexte d'incertitude que se sont bousculés ces derniers jours de nouveaux candidats au rachat de BlackBerry.Mi-octobre, le Wall Street Journal annonçait que le géant chinois de l'électronique Lenovo avait conclu un accord de confidentialité avec BlackBerry afin d'avoir accès à ses livres comptables. Le 3e constructeur mondial de PC envisagerait ainsi de déposer une contre-offre pour reprendre la totalité du groupe canadien. Le P-DG de Lenovo, Yang Yuanqing, avait lui-même confié en avril être intéressé par BlackBerry, notamment afin de "pénétrer sur le marché professionnel de la téléphonie mobile".La solution Lenovo "est celle que l'on préfère", ont indiqué les analystes du Crédit Suisse dans une récente note, remarquant que la société chinoise disposait d'environ 4,5 milliards de dollars de liquidités. De surcroît, BlackBerry est "toujours une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant