Bitcoin: MtGox sous la protection de la loi sur les faillites au Japon

le
0
Bitcoin: MtGox sous la protection de la loi sur les faillites au Japon
Bitcoin: MtGox sous la protection de la loi sur les faillites au Japon

La plateforme d'échange de bitcoin MtGox s'est placée vendredi sous la protection de la loi sur les faillites au Japon, évoquant la perte d'un demi-milliard de dollars en monnaie virtuelle qui pourrait lui avoir été volé."Nous avons perdu des bitcoins à cause des faiblesses du système. Nous sommes désolés pour les problèmes causés à toutes les personnes concernées", a expliqué le PDG de MtGox, Mark Karpelès au tribunal de Tokyo, d'après des images diffusées par les télévisions japonaises.L'avocate de l'entreprise a expliqué que 750.000 bitcoins de ses clients et 100.000 bitcoins de la firme elle-même avaient disparus, précisant qu'ils auraient pu être dérobés par des pirates informatiques.Au taux d'échange du jour du bitcoin - 561 dollars peu après 10H00 GMT -, le montant de cette monnaie virtuelle perdue atteint quelque 477 millions de dollars (345 millions d'euros).La chaîne de télévision publique NHK a précisé que MtGox s'était aussi fait voler jusqu'à 2,8 milliards de yens de liquidités qu'elle gérait (20 millions d'euros), sans préciser par quel moyen. Elle a ajouté que le tribunal de de Tokyo avait accepté la demande de protection émise par MtGox.L'une des plus anciennes et importantes bourses d'échange de bitcoin, MtGox a cessé ses transactions depuis le 7 février, plongeant ses clients dans l'inquiétude et cette monnaie virtuelle dans la plus grave crise de sa jeune histoire.M. Karpelès, originaire de Chenôve (Bourgogne, centre-est de la France), était même introuvable depuis que le site internet de son entreprise a été entièrement vidé de son contenu mardi dernier.Il était resté aussi en retrait des réseaux sociaux où il dispose de nombreux comptes, sur lesquels il se présente comme un programmateur informatique invétéré, un créateur d'entreprise expérimenté malgré son jeune âge et un amoureux de son chat. - Restrictions vietnamiennes - Le bitcoin, qui ne valait que quelques cents a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant