Bitcoin: le patron de la plateforme MtGox, Mark Karpelès, arrêté au Japon

le
0
Bitcoin: le patron de la plateforme MtGox, Mark Karpelès, arrêté au Japon
Bitcoin: le patron de la plateforme MtGox, Mark Karpelès, arrêté au Japon

La police japonaise a arrêté samedi le Français Mark Karpelès, patron de la plateforme d'échanges de bitcoins MtGox, dont l'effondrement spectaculaire l'an dernier après une série d'allégations de fraude avait entaché la réputation de cette monnaie virtuelle.M. Karpelès (30 ans) est accusé d'avoir falsifié des données dans le système informatique de la plateforme en 2013 pour créer artificiellement un million de dollars (910.500 euros), a précisé un porte-parole de la police.Les médias japonais avaient de leur côté rapporté plus tôt samedi que les policiers enquêtaient par ailleurs sur la possible implication de Mark Karpelès dans la disparition de bitcoins en 2014, pour l'équivalent d'environ 355 millions d'euros.M. Karpelès a démenti ces accusations, selon les médias japonais.Il est apparu samedi sur des images de télévision et des photographies, vêtu d'un T-Shirt bleu avec en très grandes lettres capitales l'inscription "Effortless French" (Français sans effort) et portant une casquette de baseball en partie baissée sur le visage, alors que les autorités l'emmenaient.Basée au Japon, la société avait stoppé ses transactions en février 2014, se disant victime d'attaques informatiques.La plateforme avait peu après déposé le bilan, admettant avoir perdu 850.000 bitcoins pour une valeur de 48 milliards de yens (quelque 355 millions d'euros au cours actuel). M. Karpelès avait ultérieurement dit avoir retrouvé quelque 200.000 de ces bitcoins dans un lieu de stockage informatique qui n'était pas connecté aux autres ordinateurs.Selon la chaîne de télévision publique NHK, qui cite la police, les enquêteurs soupçonnent M. Karpelès de connaître les circonstances de la disparition des bitcoins, qui auraient été transférés sur un compte contrôlé par lui, sans en informer les déposants.Le quotidien à grand tirage Yomiuri Shimbun a pour sa part précisé que la police soupçonnait M. Karpelès d'avoir à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant