Biscuits «bamboula» et «négro» : polémique autour de la «chocolaterie de la honte»

le
6
Biscuits «bamboula» et «négro» : polémique autour de la «chocolaterie de la honte»
Biscuits «bamboula» et «négro» : polémique autour de la «chocolaterie de la honte»

Face au tollé suscité, une chocolaterie d'Auxerre va changer le nom de deux de ses spécialités, le «bamboula» et le «négro», vendues depuis de plusieurs années et qui ont provoqué ce mardi la colère de deux associations antiracistes.

L'affaire a démarré lundi quand de nombreux internautes ont saisi le Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) et Sortir du Colonialisme «à propos d'un magasin très spécial à Auxerre», selon ces associations. Le chocolatier évoque un hommage aux tirailleurs morts pour la France, mais le Cran y voit du racisme pur et simple.

«En vérité, les Noirs de France se seraient bien passés d'un pareil hommage. Est-ce que la maison Féret a l'intention de vendre aussi des nougats Ratons, en hommage aux Algériens de France ? Et pourquoi pas des bonbons Youpin, en hommage aux Juifs déportés ? Utiliser ces termes racistes pour faire vendre, c'est déjà outrageant, mais affirmer qu'il s'agit d'un hommage, c'est vraiment prendre les gens pour des c***"», écrit Louis-Georges Tin, le président du Cran.

En cause, deux produits vendus dans cette chocolaterie, du nom de «négro» (un pain d'épices praliné) et «bamboula» (un biscuit chocolaté). Face à la polémique, le commerce a expliqué sur sa page Facebook qu'il s'agissait là de spécialités auxerroises vieilles d'un siècle, conçues à l'époque pour «rendre hommage» aux tirailleurs sénégalais blessés durant la guerre et à une danse africaine.

Les auteurs ont choisi ce Nom qui s'inspire du Rio Negro c'est-à-dire des sacs de cacao qui arrivaient de Venezuela et de Colombie à destination d'Auxerre c'est en quelque sorte une métaphore pour exprimer le courage et la volonté des Sénégalais. De plus, le Bamboula est le Nom d'une ancienne danse Africaine qui est arrivée en France, cette danse a inspiré beaucoup de gens, elle s'est répandue dans le pays et les auteurs du Bamboula ont désiré rendre hommages aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 2 sept 2014 à 20:53

    On a déjà supprimé le nom de « têtes de n*è*g*r*e*s* ».

  • M4888303 le mardi 2 sept 2014 à 18:35

    C'est dans la mème optique que certains voulaient interdire "TINTIN AU CONGO" !!!Il faut d'urgence supprimer toutes les subventions publiques à ces associations.

  • M7093115 le mardi 2 sept 2014 à 18:04

    La biscuiterie Moreau a Auxerre fabriquait ces produits avant la guerre de 14.....Ces associations, financées par nos impôts,manipulées par l' extrème gauche, font leur habituelle agit prop .....

  • M9244933 le mardi 2 sept 2014 à 18:00

    Cela fait des décennies que plus personne ne pense aux noirs en achetant ces douceurs. Tout est bon pour culpabiliser les nigauds de bien-pensants. Le ridicule atteint un niveau olympique. M. Tin n'a visiblement pas beaucoup de soucis pour s'attaquer à des pains d'épices.

  • dotcom1 le mardi 2 sept 2014 à 17:57

    Belle pub gratos pour ce monsieur.

  • LeRaleur le mardi 2 sept 2014 à 17:49

    « Chocolaterie de la honte », du n'importe quoi. Et les bandits de la honte.