Birmanie-Suu Kyi "optimiste" après avoir vu l'ex-chef de la junte

le
0
 (Actualisé, §§ 4-6) 
    RANGOUN, 5 décembre (Reuters) - Aung San Suu Kyi, dont la 
Ligue nationale pour la démocratie (LND) a largement remporté 
les élections législatives du mois dernier en Birmanie, est 
optimiste pour l'avenir du pays après un entretien avec l'ancien 
chef de la junte militaire, a dit samedi un de ses proches. 
    La lauréate du prix Nobel de la paix a secrètement rencontré 
vendredi le général Than Shwe, qui l'a maintenue en résidence 
surveillée pendant quinze ans avant de céder le pouvoir en 2011 
au réformateur Thein Sein et à un gouvernement semi-civil. 
    Than Shwe, qui s'est tenu en retrait des affaires publiques 
ces dernières années, avait pris le pouvoir après la répression 
sanglante du mouvement pro-démocratie mené par Aung San Suu Kyi 
à la fin des années 1980 et le refus de l'armée de reconnaître 
la victoire écrasante de la LND. 
    L'ancien chef de la junte considère aujourd'hui Aung San Suu 
Kyi comme "la future dirigeante" du pays et s'est engagé à la 
soutenir, même si la Constitution actuelle ne lui permet pas de 
devenir présidente, a assuré samedi sur Facebook le petit-fils 
du général Than Shwe, Nay Shwe Thway Aung. 
    "C'est vrai, elle va devenir la future dirigeante du pays", 
a déclaré le général lors de la rencontre, affirme son 
petit-fils. "Je la soutiendrai de toutes mes forces", a ajouté 
l'ex-chef de la junte. 
    La Constitution birmane interdit actuellement à Aung San Suu 
Kyi de devenir présidente car ses deux enfants ne sont pas de 
nationalité birmane.   
    Le triomphe de l'opposition au détriment du parti au pouvoir 
fondé par Than Shwe le mois dernier a soulevé des interrogations 
sur l'influence que pourrait exercer l'ancien chef de la junte 
sur la transition démocratique espérée en Birmanie. 
    "Aung San Suu Kyi nous a dit qu'U Than Shwe ("U" est une 
marque de respect signifiant "monsieur" ou "oncle" en birman, 
NDLR) lui a dit qu'il était favorable à l'instauration de la 
démocratie en Birmanie et qu'il reconnaissait son action et ses 
succès", a déclaré Win Htein, un des dirigeants de la LND. 
    La "dame de Rangoun" s'était déjà entretenue mercredi avec 
le protégé de Than Shwe, Min Aung Hlain, qui est à la tête de la 
toute puissante armée avec laquelle la LND va devoir partager le 
pouvoir l'année prochaine. 
    Avant d'accepter de céder le pouvoir, la junte a rédigé une 
Constitution qui confère de larges prérogatives à l'armée dans 
les domaines exécutif et législatif, un moyen pour elle de 
protéger ses intérêts économiques, selon les observateurs. 
    Aung San Suu Kyi a rencontré Than Shwe parce qu'elle est 
"convaincue de son influence sur le gouvernement et Tadmadaw 
(l'armée)", a souligné Win Htein. 
 
 (Aung Hla Tun; Tangi Salaün et Guy Kerivel pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant