Birmanie-Suu Kyi décidée à ne pas se laisser voler son triomphe

le
0

* La LND disposerait de la majorité des deux tiers * Les nouveaux résultats publiés mardi confirment son triomphe * Les USA saluent ces résultats, scrutent la transition (Actualisé avec déclaration d'Aung San Suu Kyi et nouveaux résultats) par Aung Hla Tun et Aubrey Belford RANGOUN/MANDALAY, Birmanie, 10 novembre (Reuters) - Aung San Suu Kyi, chef de file de la Ligue nationale pour la démocratie (LND, opposition), ne laissera pas l'armée birmane la priver de son triomphe, a-t-elle promis mardi au surlendemain des élections législatives. Selon les résultats toujours partiels, le parti sera largement majoritaire dans la plupart des assemblées régionales et à la chambre basse du Parlement, ce qui devrait lui permettre de former un gouvernement et de redessiner le paysage politique national. La Constitution rédigée par la junte militaire qui a cédé le pouvoir en 2011 interdit à toute personne ayant des enfants d'autres nationalités d'exercer les fonctions de chef de l'Etat, ce qui exclut Aung San Suu Kyi, dont les enfants sont britanniques. Dans un entretien accordé mardi à la BBC, la lauréate du prix Nobel de la paix 1991 se dit toutefois décidée à "prendre toutes les décisions en tant que dirigeante du parti vainqueur" des législatives. Si elle ne peut exercer cette fonction, le président n'aura "aucune autorité", a-t-elle par ailleurs déclaré à Channel News Asia. Le Parti de l'union solidaire et du développement (USDP), mouvement au pouvoir créé par la junte et dirigé par des militaires à la retraite, a concédé sa défaite lundi. La LND a effectué ses propres calculs à partir des résultats en provenance des bureaux de vote et s'estime en passe de remporter plus des deux tiers des sièges à la chambre basse du Parlement. Selon un porte-parole, elle disposerait de plus de 250 des 330 sièges à pourvoir. La chambre basse en compte 440, dont un quart, soit 110 sièges, sont réservés à l'armée. L'ARMÉE RESTERA INFLUENTE Les résultats partiels publiés par la commission électorale la crédite de 78 des 88 sièges parlementaires attribués jusqu'ici. Aucun résultat n'a encore annoncé pour la chambre haute. La LND triomphe également dans les assemblées régionales, où elle a remporté 143 des 165 sièges attribués pour l'instant, alors que l'USDP n'en a que 12. Bien que l'USDP soit réduite à la portion congrue, l'armée détient encore un pouvoir énorme. Outre le quart des sièges qui lui est garanti à la Chambre basse, le chef d'état-major de l'armée attribuera les trois ministères ayant les plus gros budgets : l'Intérieur, la Défense et la Sécurité des frontières. La constitution lui donne aussi le droit s'arroger les pouvoirs exécutifs dans certaines circonstances. Lundi, les Etats-Unis ont salué une victoire du peuple birman, tout en disant vouloir suivre l'évolution du processus démocratique de près avant de procéder à un ajustement des sanctions. Barack Obama s'est rendu par deux fois en Birmanie ces trois dernières années, espérant que la transition démocratique serait mise à son actif et serait un élément clé de sa stratégie en Asie. Daniel Russel, secrétaire d'Etat adjoint, a salué un "sacré pas en avant pour le processus démocratique". "Le plus dur reste à faire", a-t-il cependant ajouté. Pour que les Etats-unis et la communauté internationale fournissent à la Birmanie l'aide dont elle a besoin, a déclaré Daniel Russel, la transition entre le gouvernement sortant et le prochain "va devoir être crédible". (Avec Hnin Yadana Zaw et Antoni Slodkowski; Danielle Rouquié et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant