Birmanie : «prudence» de RSF après la levée de la censure

le
0
INTERVIEW - La loi qui obligeait, depuis 50 ans, les journaux birmans à soumettre leurs articles aux autorités avant publication, a été abolie lundi. Christophe Deloire, directeur général de RSF, s'en félicite.

Depuis 1962, les journaux birmans devaient envoyer leur brouillon au ministère de l'Information avant de publier un article traitant de politique ou de religion. Lundi, le Département de l'enregistrement et de la surveillance de la presse (PSRD) a levé cette obligation. Christophe Deloire, directeur général de l'organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF), réagit pour Le Figaro.

LEFIGARO. - Comme à chaque fois que le régime birman annonce un progrès démocratique, se pose la question: faut-il y voir une réelle avancée ou une réforme de façade?

Christophe Deloire.
Christophe Deloire.

Christophe Deloire.

Christophe DELOIRE. - On ne peut que se féliciter de cette annonce, dans un pays qui pointe parmi les plus mauvais élèves de la planète en matière de liberté de la presse (la Birmanie est classée 169e sur 179 par RSF, ndlr). L'abolition de la censure avant publication est incontestablement un progrès. Si cette décision est appliquée, ce sera une rupture

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant