Birmanie: la révolution numérique est en marche après des années d'isolement

le
0
Birmanie: la révolution numérique est en marche après des années d'isolement
Birmanie: la révolution numérique est en marche après des années d'isolement

Après des décennies d'isolement, les Birmans commencent enfin à profiter de la révolution numérique, bénéficiant même d'un parfum local grâce à des applications déjouant les embouteillages de Rangoun ou simulant leur sport national préféré.Surfer sur internet a été pendant longtemps synonyme de patience et d'ingéniosité pour contourner, dans des cafés internet clandestins, les entraves aux télécommunications imposées par l'ancienne junte militaire dissoute en 2011.Mais ces restrictions ont été en grande partie levées, les prix ont largement baissé, et les transports en commun des grandes villes sont remplis de Birmans le nez rivé sur leur smartphone connecté à internet. De grands noms de la Toile, Facebook, Viber ou Instagram, se sont vite développés sur un marché en pleine expansion. Et les entrepreneurs locaux ne sont pas en reste."Il y a tellement de choses que je veux faire. J'y pense non pas comme à une entreprise mais comme à un moyen de trouver des solutions à mes problèmes", explique Ei Maung, en présentant son application dédiée à la circulation dans une voiture avançant tant bien que mal dans les rues embouteillées de la principale ville du pays."A Rangoun, les trajets domicile-travail sont pires que mauvais. C'est horrible. Vous perdez d'innombrables heures à faire la queue", poursuit-il.Son application "Cyantra : Crazy Yangon Traffic" permet depuis juin aux utilisateurs de smartphones de partager les problèmes et d'être prévenus des obstacles éventuels, dans une ville qui subit les effets secondaires de l'assouplissement des restrictions à l'importation de voitures.Il y a seulement trois ans, 1% de la population avait accès au web, mais le nombre d'internautes a depuis explosé.Depuis samedi, le norvégien Telenor vend des cartes SIM à 1.500 kyats (1,5 dollar) à Mandalay, deuxième ville du pays, avant un lancement plus large, emboîtant le pas au qatari Ooredoo, qui propose ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant