Birmanie : Clinton teste l'ouverture

le
0
Première visite d'un secrétaire d'État américain depuis cinquante ans.

«Négocier avec les généraux birmans, c'est comme jouer de la harpe aux buffles», confia un jour au Figaro un opposant birman exilé en Thaïlande. Et pourtant, c'est en Birmanie, où elle est arrivée mercredi, que la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton espère encourager «un mouvement pour le changement» . Lors de cette visite historique, elle devra d'abord tenter de répondre à la question qui taraude le pays : le surprenant discours réformateur du nouveau gouvernement est-il un habillage cynique ou traduit-il la volonté de changements en profondeur ?

Intronisé dans le sillage des élections truquées de 2010, le président Thein Sein, un ancien chef militaire dans le Triangle d'or, veut incarner la rupture avec un passé peu reluisant. Après cinquante ans de dictature militaire, les réformes qu'il annonce sont spectaculaires : assouplissement de la censure, création de syndicats et d'une commission des droits de l'homme, libération d'un premier conting

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant