Bip bip, Leipzig déboule !

le
0
Bip bip, Leipzig déboule !
Bip bip, Leipzig déboule !

La phase retour de la deuxième division allemande démarre ce week-end avec un solide leader aux ambitions XXL : le RB Leipzig, propriété de Red Bull, aux infrastructures déjà dignes des plus grands et aux capacités financières gigantesques. Le club de Saxe grandit à une telle vitesse que cet objectif de promotion en Bundesliga apparaît seulement comme une étape vers de bien plus grands desseins encore, à l'échelle nationale et continentale.

La trêve hivernale a été bien longue, mais la 2. Bundesliga redémarre enfin ce week-end. Il s'agit là de la plus populaire deuxième division d'Europe, avec ses plus de 18 000 spectateurs de moyenne (un millier de plus qu'en Championship anglais, on ne va pas comparer avec notre Ligue 2 par respect pour ses participants…). C'est aussi une ligue de tous les contrastes, avec les prolos de l'Union Berlin, les pirates de Sankt-Pauli, les rustiques de Sandhausen ou les nouveaux riches du RB Leipzig. Et comme le football sourit quand même souvent à celui qui aligne les gros sous, c'est bien ce dernier club qui vire seul en tête à mi-saison et est plus que jamais le grand favori à la montée en élite. Une sacrée curiosité que cette formation née seulement en 2009 du rachat d'un anonyme club de niveau régional, le SSV Markanstädt, par Red Bull.

Le géant de la boisson énergétique veut imposer sa marque et ses couleurs dans un grand championnat européen, et s'il n'est pas autorisé par les instances allemandes du football à renommer sa nouvelle acquisition en " Red Bull ", comme c'est le cas à Salzbourg ou New York, il trouve une parade avec cette appellation prétexte, " RasenballSport ", littéralement " sport de ballon sur gazon ". Pour le ravalement de façade complet en revanche, aucune loi ne l'en empêche, alors le boss Dietrich Mateschitz se fait bien plaisir en parant l'équipe des mêmes couleurs que la petite canette qui donne des ailes, avec les taureaux en prime sur le blason. Les puristes crient au scandale (au premier rang desquels les supporters de l'Union Berlin et de St Pauli), mais ce nouveau riche du football allemand s'en moque : ses visées sont bien plus importantes et bien trop grandes pour se soucier de déplaire aux tenants d'un certain football proche du peuple, fait par et pour les fans. Envers et presque contre tous, le RB Leipzig enchaîne les montées : en D4 en 2010, en D3 en 2013, puis en 2. Bundesliga en 2014.

28 000 spectateurs de moyenne à domicile


C'est donc actuellement sa deuxième saison dans l'antichambre de la " BuLi ". La première avait été encourageante pour un promu, avec une 3e place finale à 9 points du podium. Mais ce n'est rien comparé à la saison actuelle : à l'issue de la phase aller, la Red Bull team est leader avec…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant