Bionic Bird, le petit drone marseillais qui voulait être un oiseau

le
0
Bionic Bird, le petit drone marseillais qui voulait être un oiseau
Bionic Bird, le petit drone marseillais qui voulait être un oiseau

Pour Noël, 1.000 chanceux vont recevoir un drone-oiseau, le Bionic Bird, conçu par une start-up marseillaise. Un "cadeau" pour avoir souscrit à l'appel de fonds lancé sur un site de financement participatif, qui permettra à la petite équipe provençale de développer son ornithoptère, un drone en forme d'oiseau.Cet oiseau mécanique, qui se pilote avec un smartphone concrétise le rêve d'Edwin Van Ruymbeke, un ingénieur en aéronautique: "J'y pensais depuis longtemps mais la technologie n'existait pas pour faire voler une machine qui batte des ailes".Il faut dire que les oiseaux, c'est un peu une affaire de famille chez les Van Ruymbeke. A la fin des années 60, son grand-père Gaston et son père Gérard inventent Tim bird, un jouet de plage qui vole en battant des ailes grâce à un élastique. Cet oiseau, longtemps fabriqué à Marseille (aujourd'hui en Chine) dans l'usine familiale, s'est vendu à quelque 20 millions d'exemplaires partout sur la planète. Aujourd'hui, c'est le frère d'Edwin, qui a repris le flambeau et commercialise Tim bird. Pour Edwin, cette tradition familiale a également pesé: au milieu des années 80, après ses études d'ingénieur, plutôt que d'aller concevoir des gros porteurs, il a préféré rejoindre ses frères et s?urs dans la petite usine de jouets, dans le quartier marseillais de la Pointe-Rouge, entre plage et calanques.Déjà, il a l'idée d'un oiseau radiocommandé. "Tous les dix ans, je faisais un point sur les moteurs électriques et les batteries", explique-t-il, ajoutant qu'il aboutissait toujours à la même conclusion : "Trop lourd" pour un oiseau qui bat des ailes. "La technologie est arrivée avec les téléphones portables. Avec la technologie lithium-ion, le poids des batteries a été divisé par 10 et les micro-moteurs +coreless+ des vibreurs sont très légers", souligne l'ingénieur quinquagénaire, installé dans un hangar niché au fond du jardin de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant