Bionersis : RESULTATS 2011 ET PERSPECTIVES

le
0
Forte croissance de l’activité :

? Chiffre d'affaires : +171%
? Volumes de biogaz traités : +108%
? Réserves de crédits carbone : +112%
o Réduction des charges d'exploitation(1) : -10%
o Amélioration de 655.000 euros de l'EBE hors éléments non récurrents
o Résultat comptable fortement impacté par des charges non-récurrents et des provisions exceptionnelles consécutives à la baisse des marchés carbone au second semestre 2011
o Recentrage en cours des activités sur la valorisation énergétique du biogaz

Paris, le 27 avril 2012 - Le Groupe Bionersis (Alternext ALBRS), acteur global du secteur des énergies renouvelables spécialisé dans la valorisation du biogaz de décharge, présente les principaux éléments de ses résultats consolidés pour l'exercice 2011. Bien que n'ayant pas atteint les seuils de consolidation légaux, le Groupe Bionersis établit et publie des comptes consolidés audités par les cabinets Deloitte & Associés et Qualians.

Les procédures d'audit sur les comptes consolidés 2011 ont été effectuées. Le rapport de certification sera émis après finalisation des procédures requises pour les besoins du dépôt.

Forte croissance de l'activité

Les productions et ventes de CER ont fortement augmenté au cours de l'exercice 2011 grâce à la montée en puissance naturelle des sites en production et aux travaux d'extension et d'amélioration réalisés sur plusieurs projets. Les volumes d'activité ont progressé en 2011 tel qu'indiqué dans le tableau ci-dessous :



La production de l'exercice ne reflète cependant que partiellement la capacité du portefeuille installé au 31 décembre 2011, plusieurs projets étant toujours en phase de montée en puissance et d'extension à cette date.

Le Groupe a signé quatre nouveaux projets en Amérique Latine et en Asie portant à 21 le nombre de projets en portefeuille au 31 décembre 2011. Le Groupe a continué à enregistrer ses projets CDM auprès de l'UNFCCC en vue d'obtenir les CER correspondants aux volumes de méthane détruit. S'appuyant sur une équipe interne de spécialistes, le Groupe a maintenu sa position de leader de la filière avec 15 projets enregistrés et 6 projets en cours d'enregistrement au 31 décembre 2011.

Forte progression du chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires, principalement constitué des ventes de CER, a progressé de 171% à 1,6 million d'euros grâce à une multiplication par 3 des volumes de CER vendus par rapport à l'exercice précédent. Le timing des ventes et les prix minimums garantis de certains contrats de vente à terme ont permis au Groupe de vendre ses CER à un prix moyen de 9,21 euros. Hors éléments non récurrents, l'ensemble des produits du Groupe s'élèvent à 4,2 millions d'euros, stable par rapport à l'exercice précédent. En effet, la forte progression du chiffre d'affaires s'accompagne d'une réduction de la production immobilisée de la période constituée notamment des charges immobilisées au titre du développement des projets. La baisse de la production immobilisée, qui s'élève à 1,0 millions d'euros contre 1,7 millions d'euros en 2010, s'explique notamment par le report de plusieurs investissements au cours du second semestre.

Réduction des charges d'exploitation (hors éléments non récurrents)

La forte croissance de la production au cours de l'exercice 2011 s'accompagne d'une bonne maîtrise des charges d'exploitation hors éléments non-récurrents (cf. ci-après) et hors dotations aux amortissements et provisions, qui s'élèvent à 6,0 millions d'euros contre 6,6 millions d'euros sur l'exercice précédent (- 10%). Alors que la production de CER a augmenté de 108%, les charges directes d'exploitation des sites hors dotations aux amortissements et provisions (maintenance, rémunération du gaz et frais CDM) n'ont progressée que de 22%.

Au premier semestre 2011, le Groupe a initié une réorganisation de ses activités en Amérique Latine et en Europe afin de réduire son niveau de charges et d'améliorer la productivité de ses projets. A ce titre, une charge non récurrente de 586.000 euros a été comptabilisée sur l'exercice dans les charges de personnel et autres charges externes d'exploitation. Le Groupe devrait bénéficier pleinement en 2012 des effets de cette réduction des charges d'exploitation.

Par ailleurs, conformément aux annonces faites dès 2010, Bionersis a initié en 2011 le développement de projets en phase 2 (production d'énergie à partir du biogaz) et a constaté à ce titre une charge de 465.000 euros. La nature nouvelle de ces investissements a amené le Groupe à les comptabiliser à ce stade en charges d'exploitation.

Des résultats fortement impactés par des éléments non récurrents

La progression de l'activité est masquée par plusieurs éléments non-récurrents (cf. ci-dessus) qui impactent fortement les résultats du Groupe sur la période. Dans ces conditions, l'excédent brut d'exploitation de l'exercice est en baisse de 16% à - 2,9 millions d'euros. Retraité des éléments non récurrents, l'excédent brut d'exploitation s'élève à - 1,8 million d'euros, soit une amélioration de 26% par rapport à l'exercice 2010.

La baisse des cours du CER au second semestre 2011 a par ailleurs conduit le Groupe, par soucis de prudence, à enregistrer d'importantes provisions sur certains actifs. Ces provisions d'un montant total de 2,8 millions d'euros (éléments non-cash n'impactant pas la trésorerie du Groupe) concernent les actifs de certains projets et les stocks de crédits carbone dont la valeur d'inventaire est réévaluée en fonction du cours de clôture au 31 décembre 2011.

Le résultat financier est essentiellement constitué des charges financières correspondent aux intérêts courus sur les OBSA (493.000 euros).

Compte de résultat consolidé au 31 décembre 2011



(1) En 2010, 702.000 euros sont des produits liés à des transferts de charges relatifs à une émission obligataire (OBSA).
(2) En 2011, 465.000 euros sont des charges non récurrentes liées à la structuration de l'activité de production d'énergie et 586.000 euros sont des charges non récurrentes liées à la réorganisation de la structure de coût du Groupe.
(3) En 2011, 1,2 million d'euros sont des dépréciations non récurrentes sur les immobilisations corporelles consécutives à baisse des marchés carbone et aux reports de certains investissements.
(4) En 2011, 1,6 million d'euros sont des dépréciations sur stocks de CER. Compte tenu de la baisse du prix de marché des crédits carbone sur l'exercice (prix spot au 31 décembre 2011, 4,27 euros contre 11,85 euros au 31 décembre 2010) et des méthodes de calcul retenues pour la valorisation des stocks de CER, les sociétés du Groupe ont comptabilisé au 31 décembre 2011 une partie de leurs stocks à un coût de revient supérieur à la valeur d'inventaire à la clôture (prix spot et/ou prix négocié dans le cadre des contrats ERPA). Le Groupe a, en conséquence, enregistré une provision complémentaire pour dépréciation de ses stocks.
(5) Résultat net consolidé avant amortissements et provisions, résultat financier, résultat exceptionnel et impôt sur les sociétés.
(6) Résultat net consolidé avant amortissements et provisions, résultat financier, résultat exceptionnel, impôt sur les sociétés et charges non-récurrentes de la période (telles qu'indiquées ci-avant).
(7) Résultat net consolidé avant résultat financier, résultat exceptionnel, impôt sur les sociétés et amortissement des écarts d'acquisition.

Perspectives

Depuis l'été 2011, Le Groupe est confronté à une forte baisse du marché carbone auquel il est largement exposé.

En tant que producteur primaire de crédit carbone, le Groupe doit cependant continuer à couvrir les charges fixes d'exploitation de ses projets indépendamment du prix de vente réel des crédits carbone produits.

Par ailleurs, conformément à ses engagements contractuels, le Groupe doit livrer à certains clients des crédits carbone pour lequel tout ou partie du prix de vente a déjà été encaissé. A contrario, une partie des crédits carbone qui seront produits en 2012 seront vendus dans le cadre de contrats à terme incluant des prix minimum garantis supérieurs à 10 euros.

Dans ce contexte, le Groupe a initié au cours du second semestre 2011 un programme global de renforcement de ses fonds propres, de renégociation de certains engagements existants et de réduction des coûts d'exploitation. Ces différentes initiatives doivent permettre au Groupe de tirer rapidement profit de toute amélioration du cours des crédits carbone. Sur ce sujet, le régulateur européen étudie la mise en place de mécanismes visant à faire monter le cours des crédits carbone à des niveaux adéquats pour restaurer l'efficacité des marchés européens du carbone.

Le Groupe a finalisé début avril 2012 une augmentation de capital de 1,5 millions d'euros. Le renforcement des fonds propres du Groupe est nécessaire au financement de son exploitation et au déploiement de l'activité de production d'énergie sur les sites en activité (Phase 2). Ce développement s'inscrit dans la stratégie de diversification des sources de revenus du Groupe et l'amélioration de leur visibilité.

Cette Phase 2, complémentaire de l'activité de production de CER, est particulièrement adaptée au positionnement géographique du Groupe dans des pays en développement ayant une forte croissance de la demande en énergie. La filière de production d'énergie à partir du biogaz est par ailleurs très efficace puisque chaque mégawatt de puissance installée permet de produire près de 8.000 MWh/an soit environ trois fois plus qu'une capacité équivalente dans les filières d'énergie solaire ou éolienne.

Le Groupe prévoit de démarrer son activité de production d'énergie sur la décharge de Kamphaeng Saen (KPS) en Thaïlande. Les contrats relatifs à ce projet ont été signés en septembre 2011, garantissant un prix de vente net d'environ 90 euros du megawatt/heure (MWh) pour un coût de production d'environ 35 euros/MWh et une production annuelle initiale envisagée supérieure à 8 000 MWh.

Des partenariats industriels et financiers sont actuellement à l'étude pour permettre le déploiement d'environ 25 mégawatts de capacité installée sur les sites en activité en Asie et en Amérique Latine, soit une production annuelle d'environ 200.000 MWh.

Sur la base des prévisions de trésorerie réalisées et compte tenu notamment des mesures de réorganisation mise en place et de l'activité de génération électrique pour laquelle des financements sont en cours de structuration, le Groupe considère être en mesure d'arrêter ses comptes selon le principe de continuité d'exploitation.

Il existe toutefois des incertitudes inhérentes à toutes prévisions. Si certains éléments n'étaient pas réalisés, le Groupe devrait prendre des mesures supplémentaires pour se refinancer. A défaut, le principe de continuité d'exploitation que nous avons retenu pour l'actuel arrêté de compte pourrait se révéler inapproprié.

Bionersis est un acteur global du secteur des énergies renouvelables spécialisé dans la valorisation du biogaz de décharge. Bionersis dispose d'une forte capacité de production de crédits carbone (CER) grâce à ses unités de captage et de destruction du méthane issu des décharges. Le modèle innovant de Bionersis est particulièrement adapté aux pays d'Amérique Latine et d'Asie et contribue à la lutte contre le réchauffement climatique. www.bionersis.com

Bionersis est cotée sur Alternext (FR0010294462 - ALBRS)

Relations investisseurs

Nicolas Heuzé - Directeur Général
Tél. : +33 (0)9 60 08 88 49
nicolas.heuze@bionersis.com
Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant