Biométrie : 40 millions d'empreintes supprimées

le
0
Une décision du Conseil d'État sur le passeport biométrique oblige le ministère de l'Intérieur à les effacer.

Le passeport biométrique, qui n'a pas fini de faire parler de lui, est désormais à l'origine d'une des plus lourdes opérations de mise en conformité jamais réalisées dans un fichier administratif. En vertu d'un arrêt du Conseil d'État du 26 octobre dernier, le ministère de l'Intérieur va supprimer en effet de ses bases de données la bagatelle de quarante millions d'empreintes digitales prélevées à l'origine pour que les précieux sésames correspondent bien aux exigences européennes.

«À l'origine, l'idée était de sécuriser au maximum les nouveaux passeports, et donc l'identité même de leur détenteur, en enregistrant sur une base de données distinctes huit empreintes digitales, au lieu de deux initialement prévues, pour dissuader les faussaires éventuels de maquiller ces documents», explique Pierre-Henry Brandet, porte-parole de la Place Beauvau. «Le gouvernement aurait pu d'emblée imaginer qu'il outrepassait les directives européennes en vigueur, objecte

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant