Biographie de Marine Le Pen : la relaxe requise

le
0
Me Kiejman, qui défend les auteurs Caroline Fourest et Fiammetta Venner, a mis en garde contre une instrumentalisation de la justice par le Front National.

Ce n'est pas de sa faute, mais l'éloquence de Me Wallerand de Saint-Just est très sujette aux aléas climatiques. Elle est, en tout cas, soluble dans la chaleur et la démonstration en a été apportée jeudi: à l'issue de près de deux heures de plaidoirie, aucun des arguments de l'avocat du Front national n'avait semblé frapper les esprits à la 17e chambre correctionnelle de Paris, plongée dans une fournaise estivale. Me de Saint-Just, qui est aussi vice-président du mouvement d'extrême-droite, s'est apparemment démené pour démontrer que sa formation, Jean-Marie et Marine Le Pen, Louis Aliot et l'ancien mari de l'actuelle présidente, avaient été diffamés ou injuriés par le livre «Marine Le Pen», écrit par Caroline Fourest et Fiammetta Venner, poursuivies avec leur éditeur, Grasset.

Après lui, le procureur, Alexandre Aubert, livre un de ces réquisitoires qui plaisent aux prévenus: le représentant du ministère public demande la relaxe à 99%, le 1% restant ayan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant