Bio : la France veut doubler ses surfaces agricoles

le
0
Bio : la France veut doubler ses surfaces agricoles
Bio : la France veut doubler ses surfaces agricoles

La France veut se mettre au bio. De nos champs jusque dans nos assiettes, il est temps de mettre en place un «processus global de développement de l'agriculture biologique», a assuré le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, ce vendredi. L'heure est au «produire autant avec moins» (moins d'eau, moins d'engrais etc.) pour mieux respecter l'environnement et manger plus sainement. Avec son million d'hectares de surfaces agricoles dédiées au bio, la France est déjà en avance par rapport à la plupart de ses voisins européens, mais reste derrière l'Espagne, l'Italie et l'Allemagne. Dans le cadre de son nouveau plan «Ambition bio 2017», le ministre de l'Agriculture compte donc bien multiplier ce chiffre par deux d'ici quatre ans.

+85% de surfaces bio entre 2007 et 2012

Si l'on regarde la tendance de ces cinq dernières années, l'objectif est réalisable. Entre 2007 et 2012, l'étendue des surfaces agricoles dédiées au biologique a déjà plus que doublé, passant de 557 133 hectares à 1,032 million, soit une envolée de 85%, selon les derniers chiffres de l'Agence Bio publiés ce vendredi. Cela représente 24 425 exploitations au total, consacrées aussi bien à la culture des céréales que des légumes, des fruits ou du bétail. Mais pour encourager les professionnels convertis au bio à rester dans la filière et convainvre les autres de quitter le traditionnel, il faudra leur donner un coup de pouce financier. Les aides à la conversion et au maintien en biologique passeront de 90 à 160 millions d'euros, aides d'Etat et aides européennes confondues. De quoi compenser la lenteur de la rentabilité de l'agriculture bio (il faut trois ans avant qu'une exploitation puisse être certifiée bio).

>> INFOGRAPHIE. Où cultive-t-on du biologique en France ? (en nombre d'exploitations par région)

Objectif : 20% de bio à la cantine

Hors champs, c'est sur les étals des magasins que le ministère de l'Agriculture...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant