Bill Gates : « Le Brexit m'inquiète »

le
1
Bill Gates : « Le Brexit m'inquiète »
Bill Gates : « Le Brexit m'inquiète »

À 60 ans, l'homme le plus riche du monde (76,4 Mds$, soit 69,2 Mds€) se consacre entièrement à la fondation créée avec son épouse Melinda en 2000.

Que pensez-vous de la campagne présidentielle américaine ?

BILL GATES. Notre fondation a travaillé aussi bien avec les administrations républicaine que démocrate. Les présidences de George Bush comme celle de Barack Obama se sont montrées l'une et l'autre très généreuses. Il est vrai que les arguments avancés aujourd'hui par certains candidats sont préoccupants. Je suis pour la mondialisation et le libre-échange. Ma fondation se concentre sur la résolution des maladies et prendre des positions politiques ne me paraît donc pas une bonne idée. Mais j'espère que dans cinq mois nous serons encore en aussi bonne forme.

Etes-vous inquiet des conséquences du Brexit ?

Je ne m'y attendais pas du tout et cela ouvre une période de fortes incertitudes qui m'inquiète. La Grande-Bretagne est un grand partenaire en matière de développement et j'espère que cela va continuer. L'Union européenne est un partenaire fantastique dans le domaine de la recherche, notamment sur les vaccins, la distribution de médicaments. Je veux croire que cette période de turbulences sera de courte durée. La lutte contre les épidémies ou contre le changement climatique et les politiques de santé exigent des coopérations internationales que le Brexit rend beaucoup plus difficiles.

Vous avez parlé du financement de la lutte contre le sida avec François Hollande hier. Vous a-t-il rassuré ?

Le président de la République a annoncé que la France maintiendrait sa contribution au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. C'est très généreux de la part de la France qui confirme ainsi sa place parmi les principaux bailleurs dans le monde et qui reste sur le VIH le premier donateur européen, juste derrière les Etats-Unis.

Est-ce suffisant ?

On aimerait toujours en avoir plus, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 5 mois

    Les ONG américaines sont toutes liées au pouvoir politique et portent les intérêts des USA avant toute autre chose. Si Poutine les a virées de la Russie, ce n'est pas par hasard.