Bilan positif de trente ans de dépistage du cancer du sein

le
0
Le bénéfice du dépistage à long terme serait plus important que prévu jusqu'à présent, selon une nouvelle étude suédoise.

Il y a un peu plus de trente ans, en 1977, des médecins suédois lançaient une enquête pilote dans deux comtés pour évaluer l'intérêt d'une radio des seins régulière chez les femmes de plus de 40 ans pour prévenir le risque de décès par cancer du sein. Ils faisaient le pari que ce dépistage identifierait des ­tumeurs encore petites, permettant une prise en charge plus précoce et donc un meilleur pronostic. Les premières conclusions de cette enquête célèbre dans le monde médical, publiées en 1985 montraient qu'effectivement, les femmes ayant bénéficié de ce dépistage avaient un risque réduit de décéder de ce cancer, par rapport à celles qui n'avaient pas subi un tel examen. Mais, en réalité, le béné­fice complet d'une telle stratégie ne peut être mesuré qu'à long terme, puisque les décès liés au cancer du sein peuvent survenir bien des années après le diagnostic.

Mardi, dans la revue américaine Radiology, ces mêmes médecins dirigés par La

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant