BILAN-M&A-Le marché français à l'épreuve de la présidentielle de 2017

le
0
    * Les rachats d'entreprises françaises par des étrangers en 
recul de 24%-étude 
    * 'Brexit', échéances électorales risquent de peser sur 
l'activité 
    * Des entreprises françaises plus offensives à 
l'international 
    * Rothschild, Goldman Sachs et Morgan Stanley en tête des 
banques conseil-étude 
 
    par Matthieu Protard 
    PARIS, 30 septembre (Reuters) - Les incertitudes entourant 
les conséquences du "Brexit" pour l'Europe et la perspective de 
l'élection présidentielle en France l'an prochain se conjuguent 
pour rendre le marché français des fusions et acquisitions (M&A) 
très incertain pour les mois qui viennent. 
    Si la campagne pour l'élection présidentielle ne devrait pas 
fondamentalement dissuader les entreprises et les investisseurs 
de s'engager dans des opérations d'acquisitions, les secteurs 
d'activités proches de la sphère publique et politique 
pourraient néanmoins connaître un ralentissement de leurs 
activités de M&A. 
    "Avec l'élection présidentielle à venir en France, il est 
difficile de faire des prévisions sur ce que sera le premier 
semestre 2017", fait remarquer Alexandre Courbon, responsable du 
M&A pour la France chez Société générale CIB. "Historiquement 
les années électorales ont rarement été propices à une forte 
activité M&A". 
    Le marché français connaît déjà un nette contraction des 
acquisitions d'entreprises de l'Hexagone par des groupes 
étrangers. 
    Selon les données de Thomson Reuters à fin septembre et 
publiée vendredi, les acquisitions de groupes français par des 
étrangers ont reculé de 24% depuis le début de l'année avec un 
volume de 33,8 milliards de dollars (30 milliards d'euros) sur 
les neuf premiers mois. 
    Mais la France n'est pas la seule source d'inquiétudes des 
investisseurs, l'état de santé de l'Italie et de ses banques 
pèse aussi. Et, désormais, les regards se portent aussi sur 
l'Allemagne où Deutsche Bank  DBKGn.DE  est sous la menace d'une 
colossale amende de 14 milliards de dollars (12,5 milliards 
d'euros) de la justice américaine.   
    "Nous continuons d'évoluer dans un environnement très 
incertain et volatil", relève Alexandre Courbon. "C'est un 
environnement qui reste donc compliqué pour des investisseurs 
qui doivent se projeter à cinq, 10 voire 20 ans et prendre la 
bonne décision." 
     
    DES GROUPES FRANÇAISES À L'OFFENSIVE 
    Sur les neuf premiers mois de l'année, le marché français a 
surtout vu une forte hausse des acquisitions de groupes français 
à l'étranger à l'image du rachat par Danone  DANO.PA  de 
l'américain WhiteWave  WWAV.N , pour 12,5 milliards de dollars 
(11,3 milliards d'euros).   
    Les acquisitions hors de France par des entreprises 
françaises ont ainsi doublé entre janvier et septembre pour 
atteindre 40,8 milliards de dollars (36,28 milliards d'euros), 
selon les chiffres de Thomson Reuters. 
    Plus globalement, sur les trois premiers trimestres de 
l'année, le volume des transactions de M&A en France ont 
progressé de 28% à 136,7 milliards de dollars (121,6 milliards 
d'euros).  
    Mais retraité de la réorganisation interne de Crédit 
agricole SA  CAGR.PA  de début d'année et de l'échec du rachat 
de l'américain Medivation par Sanofi  SASY.PA , le marché a 
reculé de près de 5%. 
    "Dans l'ensemble, 2016 a été une année assez active, même 
si de nombreuses opérations n'ont pas abouti", note 
Jean-Baptiste Charlet, co-responsable de la banque d'affaires de 
Morgan Stanley à Paris. 
    "Dans les années qui viennent, il n'y a pas de raisons pour 
que le marché s'infléchisse", poursuit le banquier d'affaires. 
"Les tendances de fond restent porteuses, les grands groupes 
poursuivent leur internationalisation, en dépit d'un 
environnement économique globalement instable." 
    D'après le classement réalisé par Thomson Reuters, la banque 
Rothschild  ROTH.PA  est en tête des banques-conseil depuis le 
début de l'année, suivie de Goldman Sachs  GS.N  et Morgan 
Stanley  MS.N . 
     
    L'étude Thomson Reuters : 
    http://bit.ly/2duhgJG 
 
 (Edité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant