Bilan : la CAN 2015 passe à l'orange….

le
0
Bilan : la CAN 2015 passe à l'orange….
Bilan : la CAN 2015 passe à l'orange….

L'Afrique est noire, rouge, verte, jaune. Isolez le noir des Étoiles ghanéennes, puis mélangez le rouge et le jaune et vous aurez l'orangé ivoirien

  • Éléphant rose
    L'Afrique est croyances et religions. L'Afrique est superstitions. Et on ne parlera pas ici de "maraboutages" et de "féticheurs", malgré le fait qu'ils soient bien réels. Non, évoquer le final de cette CAN, c'est plutôt approcher cette part d'irrationalité qui, en Afrique, prend une dimension un peu plus grande qu'ailleurs. Surtout dès qu'il s'agit de foot. Le destin, le mektoub Restons d'abord dans les couleurs. On se souviendra longtemps d'Hervé Renard et de sa chasuble rose portée sur sa désormais célèbre chemise blanche. Un truc parfaitement inesthétique, mais devenu au fil des matchs un fétiche pour le coach français aux deux CAN gagnées dans deux pays différents (exploit unique). C'est au stade de Bata que Hervé Goupil avait éliminé le Ghana avec ses Chipolopolos zambiens en demies de CAN 2012 (1-0) et c'est dans la même arène qu'il a été sacré à nouveau avec la Côte d'Ivoire face aux Blacks Stars. C'était la quatrième finale de CAN pour les Éléphants et elles se sont toutes finies aux tirs au but Bilan à l'équilibre : deux défaites (2006 et 2012) et deux victoires (1992 et 2015, 9 tab à 8), et même score de 0-0 à la fin de la prolongation. En 1992 et 2015, les gardiens ont sauvé la patrie, Alain Gouaméné en 1992 et Copa Barry hier soir Comme en 1992, la destinée avait encore réuni Ghanéens et Ivoiriens pour un final à couper le souffle, et ces deniers l'ont encore emporté.

  • Maroc pas rock
    Le mektoub a, lui, laissé en plan des Maliens très pieux, élus malheureux du tirage au sort qui a envoyé la Guinée à leur place en quarts après une rare égalité mathématique parfaite Destinée, toujours : débutée sur fond de virus Ebola, épidémique plaie d'Afrique, cette CAN s'est achevée sur un drame dans un stade du Caire. Des incidents mortels ont emporté 22 vies au moment où Black Stars et Éléphants s'affrontaient à Bata. Cette nouvelle tragédie du foot égyptien n'a rien à voir avec la CAN, mais elle est survenue un peu comme pour nous rappeler qu'une CAN sans les Pharaons (7 titres, record continental) n'est pas exactement la CAN. Destinée, enfin : c'est le Maroc qui demeure le grand perdant de cette édition 2015. Pour des motifs "extraordinaires" (virus Ebola), le Royaume chérifien a préféré zappé une...




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant