Bilan hebdomadaire : le CAC 40 gagne 1,25%

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - LA TENDANCE

La Fed américaine a pourtant semé le trouble mercredi soir, laissant clairement penser que la fin de la politique monétaire accommodante avait peut-être sonné... Les marchés se sont également inquiétés de nouvelles mesures pour juguler la bulle immobilière chinoise. Enfin en Europe, les indicateurs PMI avancés, qui préfigurent de l'activité future dans la région, ont rechuté, signe de la fébrilité du vieux continent. Ce matin, la Commission Européenne a d'ailleurs, comme attendu, abaissé ses prévisions de croissance. L'UE devrait ainsi afficher une faible croissance de 0,1% en 2013 alors qu'en zone euro, l'activité devrait se contracter de 0,3%. Du côté des bonnes nouvelles, les indices Ifo et Zew allemands ont confirmé leur redressement en février et la confiance des ménages s'est encore améliorée dans la zone euro.

La semaine a également été marquée par une avalanche de publication d'entreprises. Wal-Mart, Hewlett-Packard, Dell et AIG ont notamment dévoilé leurs derniers résultats outre-Atlantique. Dans l'hexagone, Technicolor, Capgemini, Vallourec, Safran, Accor, Casino, Air France KLM, ou encore Danone ont présenté leurs comptes.

ECO/DEVISES


L'indice américain des prix à la consommation pour le mois de janvier 2013 est ressorti presque sans évolution en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +0,1%. Hors alimentaire et énergie cette fois, l'indice de prix de la consommation aux Etats-Unis a grimpé de 0,3%, contre un consensus de 0,2%.

L'indice des indicateurs avancés américains mesuré par le Conference Board a progressé de 0,2% en janvier 2013, en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus de place.

D'après la National Association of Realtors (NAR) américaine, les reventes de logements existants aux Etats-Unis pour le mois de janvier 2013 se sont établies sur un rythme de 4,92 millions d'unités, assez proche du consensus (4,9 millions), traduisant une modeste hausse de 0,4% en comparaison du niveau révisé du mois antérieur. Il s'agit du second rythme de ventes le plus élevé depuis novembre 2009.

D'après le gouvernement américain, les mises en chantier de logements aux États-Unis pour le mois de janvier 2013 sont ressorties sur un rythme de 890 milliers d'unités, contre 914 milliers de consensus et 973 milliers en décembre 2012 (révisé en hausse, contre 954 milliers auparavant estimé). Les permis de construire, signalant l'activité future, sont ressortis par contre légèrement supérieurs au consensus, à 925 milliers d'unités, contre 920 milliers de consensus et 909 milliers en décembre. Ainsi, les permis de construire se sont appréciés de 2% en comparaison du mois de décembre et de 35% en glissement annuel. Les mises en chantier ont reculé de plus de 8% en comparaison du mois antérieur, mais grimpent encore de 24% par rapport à janvier 2012.

Sur le Vieux continent, la confiance des ménages s'est encore améliorée en février dans la zone euro, annonce la Commission européenne. L'indice de la CE augmente ainsi légèrement à -23,6 contre -23,9 en janvier et -23,1 attendu par les économistes. Dans l'Union européenne, la confiance des ménages s'est elle aussi quelque peu améliorée, l'indice remontant à -21,6 contre -21,9 en janvier.

Le sondage ZEW de février en Allemagne est donc ressorti nettement au-dessus des attentes, à 48,20 points contre 31,50 points en janvier et 35 points prévu par le consensus. Les investisseurs allemands retrouvent donc le sourire avec cet indicateur qui s'établit sur un plus haut de près de trois ans (avril 2010), et progresse pour le troisième mois consécutif.

L'indice IFO allemand de confiance des affaires pour le mois de février s'est établi à 107,4 points, au-delà des 104,9 points envisagés en moyenne par les économistes. Les autres composantes dépassent aussi les attentes, à 110,2 pour l'estimation actuelle (108,5 au consensus) et 104,6 aux prévisions (101,4 au consensus). L'embellie se poursuit donc pour l'Allemagne par rapport à janvier.

Sur le marché des changes, 1 euro s'échange contre 1,315 dollar entre banques (-1,5% environ sur la semaine). Le WTI cède 3,5% à environ 92,7$ (échéance avril) à New York. L'once d'or s'affiche à 1.576$.

LES VALEURS

Natixis
s'envole de 18%. La société a brûlé les étapes au cours du week-end dernier, en publiant de façon anticipée ses résultats annuels. Il faut dire que la banque avait une bonne nouvelle à annoncer, puisque dans le cadre de sa restructuration financière, elle devrait être en mesure de verser un coupon exceptionnel de 0,65 euro par action, ce qui représente 22,9% du cours actuel de 2,839 euros. Il s'ajouterait au dividende de 0,10 euro que propose l'établissement au titre de l'exercice 2012. Certes, les actionnaires de la première heure sont encore très loin d'avoir récupéré leur mise, mais force est de constater que Natixis progresse dans la voie de la normalisation.

Schneider avance de 8,4%. Le groupe a dépassé les attentes en matière de marge opérationnelle, ce qui n'était pas évident au vu de la configuration de l'année. Le management est prudemment optimiste pour 2013, ce qui se matérialise notamment dans un coupon dont la hausse a dépassé les attentes. Selon nos informations, la SocGen a confirmé sa recommandation à l'achat ce matin, en visant 64 euros.

Lafarge grimpe de 7,7%. Le cimentier profite de résultats 2012 solides et des engagements additionnels sur des réductions de coûts. Après une année 2012 marquée par une forte progression du titre, le groupe confirme ainsi qu'il est sur la bonne pente.

Technicolor (+7,6%) après des résultats marqués par une amélioration sensible, qui ont notamment permis à la société de renouer avec les profits au second semestre 2012. En outre, le bilan a été regonflé par une opération de transfert de titres de l'entité détenant les brevets du groupe. Aurel BGC évoque ce matin une "excellente génération de free cash-flow" et des perspectives 2013 conformes aux attentes.

Vallourec gagne 7,1%. Les résultats du 4ème trimestre ont dépassé les attentes, mais les prévisions 2013 sont jugées assez vagues... Les investisseurs ont préféré prendre le positif du côté de Vallourec. Cheuvreux a relevé de 48 à 50 euros son objectif sur un dossier qui figure dans sa liste de valeurs préférées, pas surpris pour un sou de l'absence de prévisions précises, car c'est "exactement" ce qu'attendait l'analyste.

Danone s'adjuge 6,7%. Le titre progresse après des résultats 2012 robustes, et en dépit de perspectives 2013 proches des attentes mais avec un biais légèrement plus baissier que celui du consensus côté marges. Les investisseurs apprécient les engagements pris par la société pour renouer avec une croissance organique forte. Le groupe a décidé de rationaliser son activité européenne en réduisant le nombre de ses directions et en améliorant son organisation. Il devrait en résulter quelque 200 millions d'euros d'économies en année pleine, mais aussi la suppression de 900 postes dans les 26 pays européens concernés.

Capgemini prend 6,3%. Les résultats 2012 sont "impressionnants", estime Jefferies, conforté dans son opinion à l'achat et sa valorisation à 42 euros. Ce qui a le plus satisfait l'analyste ? Sans doute la génération de liquidités, même si toutes les lignes du compte de résultats sont appréciées. Il anticipe un léger relèvement des projections du consensus pour l'année en cours.

Technip. Le titre a progressé de 4,3% après des résultats 2012 solides et des perspectives robustes, soutenues par un carnet de commandes haut de gamme.

Artprice prend 1,8%. La société a signé une alliance avec le groupe chinois Artron. "Cette alliance stratégique est sans précèdent dans le marché de l'Art. Elle aura des répercussions immédiates sur la cartographie du Marché de l'Art mondial désormais bipolaire, avec entres autres, par la diffusion mondiale d'Artprice, des chiffres inédits et exclusifs sur la Chine donnant ainsi la lecture la plus parfaite du marché de l'art" explique la société française.

Casino monte de 1,6%. De bons chiffres également pour le distributeur, qui prévoit de laisser passer l'orage en France en s'appuyant sur ses dynamiques possessions internationales. Le dividende a été confirmé à 3 euros.

Crédit Agricole gagne 1,2%. Le groupe avait bien balisé le terrain concernant ses comptes 2012, grevé par une perte exceptionnelle colossale pour solder les mauvaises opérations réalisées ça et là. Malgré l'annonce d'un déficit record, le titre de la banque s'envole. Les investisseurs misent sur la normalisation pour la banque verte, qui a mis l'accent sur le renforcement de sa structure bilancielle, à l'approche d'importantes échéances réglementaires. L'établissement opère un "travail de fond sur le bilan", note CM-CIC Securities, conforté à l'achat avec un objectif à 9,50 euros.

Valeo grignote 0,7%. Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 11,8 MdsE au terme de l'exercice 2012, soit 8,2% de mieux qu'en 2011, pour un résultat opérationnel de 725 ME, en hausse de 3%, ce qui ramène la marge de 6,5 à 6,1%. Ces niveaux sont cependant supérieurs au consensus, positionné à 11,69 MdsE pour le chiffre d'affaires et 701 ME pour le résultat opérationnel (soit 6% de marge). Le bénéfice net ressort à 380 ME et même à 420 ME hors éléments non-récurrents. Le consensus visait 388 ME. Le cash-flow libre a malgré tout fondu de 232 à 81 ME, alors que la dette passait de 523 à 763 ME. Un dividende de 1,50 euro sera proposé (+7%), alors que les analystes anticipaient en majorité une stabilité à 1,40 euro. L'équipementier table cette année sur une production automobile en Europe en baisse de 4% et une production automobile mondiale en hausse de 1%, dans un contexte de prix des matières premières en ligne avec les niveaux observés en 2012.

A l'inverse, Peugeot chute de 10,4%. Les immatriculations de véhicules neufs ont encore décroché de -8,7% dans l'Union européenne en janvier, selon les données publiées par l'ACEA, à 885.159 unités. Il s'agit d'un plancher historique pour un mois de janvier, depuis que les statistiques sont compilées en 1990.

Parrot (-10%), sanctionné après sa dernière publication. Au cours du quatrième trimestre, la firme a vu son résultat opérationnel reculer de 27% à 6,8 ME pour un chiffre d'affaires consolidé de 73 ME, en progression de 2%. La marge brute est de 52,2%, soit un niveau supérieur à celle de l'ensemble de l'exercice qui atteint 50,9%. Le résultat net part du groupe ressort à 4,4 ME, soit 0,34 euro par action pour le 4ème trimestre 2012 avec une marge nette de 6%, contre 15,3% un an plus tôt. Natixis a abaissé de "acheter" à "neutre" sa recommandation, pour un objectif de 28 euros, car les résultats se sont révélés décevants et que 2013 constituera une année de transition. Genesta est "neutre", déçu également, pour un objectif ramené de 30 à 28 euros.

TF1 plonge de 9,5%, malgré des résultats 2012 meilleurs que prévu. C'était sans compter sur des prévisions 2013 très prudentes. Le groupe a également fait état d'un début d'année incertain. Gilbert Dupont a d'ailleurs sorti le dossier de sa liste de valeurs favorites.

Air France KLM retombe de 7,8%. En 2012, la compagnie a fait progresser ses ventes de 5,2% à 25,633 MdsE et son EBITDAR de 9,7% à 2,4 MdsE. Le résultat d'exploitation courant reste malgré tout dans le rouge, sur une perte de -300 ME (-353 ME en 2011), mais il aurait été positif de 25 ME (contre -65 ME un an avant), ajusté des loyers opérationnels correspondant aux frais financiers. La perte nette part du groupe est copieuse, -1,19 MdE, après -809 ME précédemment. Le CM-CIC évoque des résultats supérieurs à ses prévisions ainsi qu'à celles du consensus en ce qui concerne le CA et le REX. Malgré la poursuite de la hausse de la facture carburant (+13,8%) liée principalement à la hausse du dollar, le groupe a réussi à contenir ses coûts d'exploitation (+4,9% et +1,8 hors carburant), souligne le courtier. Dans un environnement difficile, le groupe maintient son objectif de strict contrôle des capacités et des investissements. La firme compte bien totalement déployer son plan Transform 2015 qui devrait permettre une poursuite de la réduction des coûts unitaires.

Eramet décroche de 5,5%, après la publication de résultats 2012 médiocres, comme prévu, et de perspectives encore incertaines. Cheuvreux met en avant une profitabilité nettement inférieure aux attentes au second semestre, du fait de pertes plus conséquentes que prévu dans le nickel. Le courtier, négatif sur le dossier, ne voit "pas beaucoup de raisons d'abandonner son approche prudente à ce stade".

Alcatel-Lucent rend 4,7%. Le nouveau directeur général s'appelle Michel Combes. Le conseil d'administration l'a adoubé, pour une prise de fonctions le 1er avril. Il rejoindra le conseil d'administration, sous réserve d'approbation de son mandat d'administrateur par les actionnaires lors de l'assemblée générale du 7 mai prochain. Agé de 51 ans, le remplaçant de Ben Verwaayen est une grande expérience du secteur, puisqu'il est passé par Vodafone, TDF et France Telecom. Le conseil d'administration a également approuvé la nomination de Jean C. Monty au poste de vice-président du conseil avec effet immédiat.

Accor perd 4,6%. Le marché semble faire payer à la société une baisse de son dividende, qui n'intègre pas de part exceptionnelle cette année, après la publication de comptes 2012 proches des attentes, même si les exceptionnels ont précipité le résultat net en perte bien plus conséquente que prévu. "Accor a publié des résultats 2012 corrects malgré l'abondance de charges exceptionnelles et un free cash-flow et désendettement conformes aux attentes. La baisse de dividende est une déception à ce stade", écrit Oddo ce matin, déçu également par le flou sur le plan 2016.

Soitec (-4,3%) malgré l'annonce d'un accord de licence et de transfert de technologie avec Sumitomo Electric, dans le cadre duquel ce dernier utilisera la technologie propriétaire de transfert de couches Smart Cut, développée par Soitec.

CNP Assurances recule de 2,8% après avoir dévoilé ses résultats 2012. Sur l'exercice écoulé, l'assureur enregistre un résultat net en hausse de 9% à 951 Millions d'euros pour un chiffre d'affaires en repli de près de 12% à 26,46 Milliards d'euros. Le RBE affiche une hausse de 1,6% à 2,278 MdsE tandis que la collecte brute s'établit à 27,4 MdsE au 31 décembre 2012, en baisse de 11,2%. Le consensus fourni par un analyste tablait sur 26,77 MdsE de chiffre d'affaires, pour un EBITA de 2,126 MdsE et un bénéfice net de 970 ME. CNP Assurances prévoit de verser un dividende stable de 0,77 euro par action au titre de l'exercice 2012.

Maurel et Prom se replie de 2,7%. La société a encore mis en garde ses actionnaires contre les rumeurs diffusées quant à une possible opération financière la concernant. Bien que le groupe reçoive régulièrement des marques d'intérêt, il ne lui a pas été fait état d'éléments de valorisation tels que récemment évoqués par la presse. La presse britannique avait fait état d'une nouvelle rumeur d'offre à 19 euros.

Safran limite son retrait à 0,1% après la publication de ses résultats 2012. Les chiffres sont ressortis proches des attentes de la place, mais la prévision 2013 en terme de génération de conversion cash est "très décevante", selon Oddo Securities, du fait d'un accroissement de la R&D et des CAPEX. Pour Jefferies, la publication est "bonne", mais pas suffisamment convaincante, ce qui pousse l'analyste à reste à "conserver".

Finance Plus, édité par lerevenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant