Bilan des «visites mystère» de l'AMF

le
1
©P.MARAIS
©P.MARAIS

(lerevenu.com) - Après deux premières vagues de visites mystère en 2010 et en 2012, l'Autorité des marchés financiers a reconduit l'expérience en 2013 pour apprécier, sur la durée, les conditions de commercialisation de produits financiers auprès du grand public.

Les nouvelles visites mystère conduites en 2013 ont repris les mêmes scénarios de 2010 et 2012 avec deux types de profils bien différenciés : des épargnants en situation d'aversion aux risques (risquophobes) et des épargnants prêts à prendre une certaine dose de risque (risquophiles).

L'autorité de régulation constate que les propositions ont été davantage différenciées d'un scénario à l'autre, phénomène qui s'est accentué depuis 2010. Les produits d'investissement de type OPCVM (Sicav et fonds communs de placement) et PEA ont ainsi davantage été proposés aux prospects risquophiles.

Par ailleurs, un nouveau profil a été testé en avril 2013 : celui d'un jeune actif propriétaire de son logement et exprimant son désir d'investir directement en actions. Beaucoup de chargés de clientèle ont alors été réticents à accompagner cette demande. De façon surprenante, le PEA a été assez peu proposé à ce prospect.

Au total, l'AMF dresse de ces visites les constats suivants : une découverte du prospect parfois encore insuffisante ; une présentation orale spontanée des frais encore perfectible ; une présentation toujours déséquilibrée des avantages et des inconvénients des proposés. Néanmoins, les visites mystère n'ont pas décelé de propositions commerciales manifestement inadaptées, même si les propositions commerciales sont parfois davantage guidées par la politique commerciale de l'enseigne que par la réelle prise en compte du profil et de la demande exprimée par le prospect.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4328752 le samedi 26 oct 2013 à 01:17

    Que pense l'AMF des injections massives de la FED ? N'est ce pas de la manipulation ?