Bilan des annonces de la BCE survenues jeudi après-midi

le
25

La BCE a annoncé jeudi le rachat programmé de 60 milliards d'actifs sur les marchés chaque mois jusqu'en septembre 2016.
La BCE a annoncé jeudi le rachat programmé de 60 milliards d'actifs sur les marchés chaque mois jusqu'en septembre 2016.

Les investisseurs avaient les yeux braqués sur la BCE jeudi 22 janvier en début d'après-midi pour suivre les annonces faites par Mario Draghi, son président, en conférence de presse.

Jeudi 22 janvier, les marchés européens ont clôturé en hausse après les annonces de la BCE, malgré quelques hésitations pendant le déroulement de la conférence de presse. À 17h35, le CAC40 a clôturé en hausse de 1,52%. En matinée, les indices européens restaient encore calmes dans l'attente des annonces.

Le programme de « quantitative easing » annoncé par Mario Draghi a finalement légèrement dépassé les attentes des investisseurs, provoquant une hausse des indices européens dans des proportions néanmoins limitées alors que la plupart des annonces étaient anticipées par les opérateurs et donc « déjà dans les cours ».

60 milliards d'achats mensuels pendant un an et demi

Peu avant 14h, la BCE a annoncé par communiqué que ses taux resteraient inchangés, ce qui était attendu par les opérateurs qui n'ont pas particulièrement réagi à l'annonce, le CAC40 s'appréciant encore de seulement 0,20% à 14h20.

Les précisions sur le fameux « quantitative easing » ont quant à elles été communiquées pendant la conférence de presse ayant débuté vers 14h30. Mario Draghi a ainsi annoncé vers 14h40 que le « quantitative easing » prendrait la forme d'un rachat d'actifs à hauteur de 60 milliards d'euros chaque mois entre mars 2015 et septembre 2016. Les opérateurs de marché ont immédiatement réagi positivement à l'annonce, le CAC40 bondissant jusqu'à +1,4% en quelques minutes.

L'annonce de la BCE dépassait en effet les espérances des opérateurs de marché, qui tablaient sur un rachat progressif de 50 milliards d'euros par mois pendant « seulement » un an, représentant un plan de 600 milliards d'euros. Avec cette annonce, le président de la BCE porte ainsi les montants totaux du plan de relance à plus de 1100 milliards d'euros sur un an et demi (60 milliards par mois pendant 19 mois), dépassant nettement les attentes.

80% du risque porté par les banques centrales nationales

Les annonces suivantes ont néanmoins été rapidement suivies d'une prise de bénéfices des investisseurs lorsque Mario Draghi a précisé que les banques centrales nationales porteront 80% des risques liés aux rachats, tandis que la BCE n'en portera que 20%.

La plupart des dettes souveraines ne seront donc pas mutualisées à l'échelle européenne comme les dernières rumeurs pouvaient le laisser penser. Mario Draghi a ainsi reconnu que ce choix pourrait « avoir un certain impact » sur l'efficacité du programme. Pour Etienne de Marsac, gérant chez Ikano interrogé par nos confrères des Echos : « ces décisions démontrent que la BCE aura entendu les inquiétudes des pays du Nord et de l'Allemagne, et que son indépendance vis-à-vis du monde politique n'est que relative ».

Néanmoins, rassurant en partie les investisseurs, la BCE n'exclut pas la possibilité de racheter une partie des dettes souveraines émises par des pays d'Europe du Sud. L'Ibex espagnol a ainsi clôturé en hausse de 1,72%, le MIB italien en hausse de 2,40% et l'Athex grec en hausse de 1,14%.

Baisse de l'euro et des taux d'emprunt

Impactant également le marché des changes, l'annonce a provoqué une rapide dépréciation de l'euro face au dollar. La parité atteignait 1.14 USD pour 1 EUR à 17h15 alors que la parité était encore à 1.16 USD pour 1 EUR avant l'annonce vers 13h30.

Les taux d'emprunt souverains ont également nettement baissé lors des annonces. A titre d'exemple, l'OAT française à 10 ans est passée du taux de 0,75% au taux de 0,60% en seulement quelques minutes, un taux historiquement bas. Pour rappel, lorsque les taux obligataires baissent, la valeur des obligations monte.

Retrouvez sur Boursorama les explications sur les raisons ayant poussé la BCE à mettre en place ce plan de « quantitative easing » et ses effets attendus sur l'économie de la zone euro.

X.Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fouche15 le vendredi 23 jan 2015 à 16:19

    @rdesboi1-C'est remarquable cette dichotomie entre le BCE 20 % et les BC de chaque pays de la zone pour 80 %. C'est le début de la fin de l'euro. Je sens que M Sapin et F Hollande vont faire chauffer la planche à billet de la BF et que l'Italie aussi, mais forcément dans le désordre et bonjour les traités et les statuts de l'euro. C'est la fin

  • marcodan le vendredi 23 jan 2015 à 16:08

    Cette opération va faire faire des profits aux détenteurs actuels de dettes publiques (banques, assurances ...) en faisant monter la valeur des titres. A leurs échéances et dans le meilleurs des cas ils seront remboursés au pair par leurs émetteurs faisant apparaître une perte dans les bilans des banques centrales.

  • rdesboi1 le vendredi 23 jan 2015 à 14:07

    80% du risque porté par les banques centrales nationales...qu'on peut traduire par : l’Allemagne s’apprête à dire bye bye à l'euro...ou encore, merci à nos politiciens de tous bords, leader de la ‘Gabegie nationale’ pour nous avoir permis de cumuler ces 2000 MDS de dettes, que nos enfants devrons rembourser…

  • fouche15 le vendredi 23 jan 2015 à 11:35

    En 1848 Frédéric Bastiat avait expliqué à l'Assemblée Nationale la métaphore des charrues. Apparemment, les députés actuels n'ont pas lu les archives. Dommage car celles-ci leurs auraient appris que la masse monétaire n'augmente pas le produit en un mot la masse d'argent créée si elle est injectée directement dans l'économie elle produit de l'inflation monétaire, si elle est dirigée vers les marchés elle provoque une inflation des actifs. Dans tous les cas c'est inutile. CQFD

  • fouche15 le vendredi 23 jan 2015 à 11:18

    @RaDiuM69 -suite- Oxfam et les Piketty, Chouard, Puech et les Alternatives économiques et tous ceux qui passent à la TV, n'ont jamais créé une seule richesse de leur vie mais ils convoitent sans cesse celle des autres. D'ailleurs Piketty qui aurait vendu 1,5 millions de son dernier bouquin, va-t-il partage/rendre à la société ce qu'il a gagné en royalties comme il l'écrit si bien dans ses ouvrages qu'il écrit d'ailleurs pendant son temps de fonctionnaire

  • fouche15 le vendredi 23 jan 2015 à 11:15

    @RaDiuM69 -Les ultra-riches ont souvent gagner leur fortune dans leurs entreprises, mais tous ces fonctionnaires et élus comment-ont-ils amassés la leur ? Ce n'est qu'avec l'argent public c'est à dire le notre. Expliquez-vous que M Hollande n'aime pas les riches à partir de 4 000 euros par mois, cependant sa retraite sera de 36 000 euros par mois. La vraie richesse c'est ce que vous pouvez dépenser pas ce que vous avez accumulé en capital. Ils l'ont d'ailleurs bien compris.

  • fouche15 le vendredi 23 jan 2015 à 11:10

    « Je me demande parfois si le monde est dirigé par des gens intelligents qui se moquent de nous ou par des imbéciles qui y croient vraiment. - Mark Twain (1835-1910)

  • fouche15 le vendredi 23 jan 2015 à 11:09

    Les politiciens sont immunisés contre toute forme de punition. Leurs pires extorsions, celles qui n’ont pour objectif que de les enrichir, ne sont pas punies par nos lois.- H.L. Mencken

  • fouche15 le vendredi 23 jan 2015 à 11:08

    Le gouvernement est appréhendé non pas en tant que comité de citoyens choisi pour gérer les besoins communs d’une population, mais en tant que corporation indépendante et autonome dévouée à exploiter une population au bénéfice de ses propres membres…- H.L. Menchen

  • fouche15 le vendredi 23 jan 2015 à 11:08

    Les 3 règles du gouvernement: si ça bouge, le taxer. Si ça continue à bouger, le réglementer. Si ça s'arrête de bouger, le subventionner - Ronald Reagan