Bilan de Sarkozy: Copé pris en tenailles

le
0
Le président de l'UMP veut croire que les militants restés fidèles à l'ex-chef de l'État imposeront à Fillon de modérer ses critiques.

Jean-François Copé l'a reconnu du bout des lèvres, mardi matin, sur RTL: il n'a pas averti Nicolas Sarkozy de son intention d'ouvrir un débat sur le quinquennat 2007-2012. «Pas encore, a précisé le président de l'UMP, mais bien sûr que ce sera un sujet que j'aurai l'occasion d'aborder avec l'ensemble des responsables politiques et avec Nicolas Sarkozy, cela va de soi.» Dans l'entourage de l'ancien chef de l'État, on affecte une superbe indifférence à l'égard de la polémique qui a animé l'été à droite. Brice Hortefeux a résumé la pensée sarkozyste en qualifiant la question de l'inventaire de «marronnier».

C'est la version officielle. En fait, les visiteurs de l'ex-président l'ont trouvé fort peu disposé à laisser sa «famille» se livrer à un examen critique d'un héritage dont il compte bien se prévaloir en 2017, en cas de ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant