Big Sean

le
0
Big Sean
Big Sean

Depuis toujours, Turf Moor est un lieu à part du tableau anglais. C'est encore le cas cette saison où Burnley a déjà coupé la tête de Liverpool et Everton avec une approche singulière, mais aussi une idée certaine de l'ordre. Au centre de la machine : Sean Dyche, quarante-cinq ans, son passé avec Brian Clough et son envie de fermer la gueule de tout le monde.

Le premier rendez-vous raconte souvent beaucoup de choses. Pour Sean Dyche, il a eu lieu en octobre 2012. Face à lui, la paire de proprios de Burnley : John Banaszkiewicz et Mike Garlick. Veste serrée, barbe rousse taillée, crâne rasé, la voix cassée de Kettering débarque avec son CV – une saison en Championship avec Watford bouclée à la onzième place, quelques semaines avec les espoirs du pays – et dégaine alors un PowerPoint. Ou comment passer en quelques secondes de candidat potentiel à homme idéal. Voilà comment Dyche a posé sa première pierre à Burnley, en plus d'un discours fort basé sur la confiance, sa passion pour l'humain et les règles. L'ensemble de ses prises de parole le prouve. Celui qui est le boss des Clarets depuis maintenant quatre ans ne cesse de parler d'harmonisation des forces et d'alignement. Lui ne se vante pas d'avoir révolutionné le foot, joue même plutôt avec son étiquette de coach défensif qui aime dessiner des schémas rigides sur ses feuilles de match entre un 4-4-2 discipliné et un 4-5-1 rigide.

Mieux, il a décidé de mener une nouvelle guerre personnelle depuis plusieurs mois contre l'appel massif de la Premier League aux techniciens étrangers : "Il y a une soif énorme pour les coachs étrangers qui sont toujours des génies tactiques. C'est quelque chose qui est devenu populaire partout, que ce soit pour les entraîneurs étrangers ou les joueurs étrangers. Ils sont un peu plus classe – regardons ce que cet entraîneur belge ou cet entraîneur argentin peut faire. Antonio Conte est arrivé à Chelsea et il a été félicité pour avoir amené rapidement, avec de la discipline, un nouvel état d'esprit à Chelsea, qui bosse à l'entraînement en faisant des courses de 800 mètres, des courses de 400 mètres et des courses de 200 mètres. Venez à mes entraînements et regardez Sean Dyche faire ça et vous direz : "Quel dinosaure, un jeune dinosaure entraîneur et anglais ne peut avoir les bonnes idées.""

Brian Clough, main-d'œuvre et gestion


Sean Dyche est une fracture dans le foot anglais. Un homme à part, un homme franc, mais aussi un entraîneur moderne avec une…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant