Bienvenue dans l'empire Pozzo

le
0
Bienvenue dans l'empire Pozzo
Bienvenue dans l'empire Pozzo

Ce samedi soir, Watford reçoit le West Ham de Payet. Dimanche, Grenade défie l'Espanyol à El Prat, quand Udinese affronte la sensation Sassuolo. Watford, Grenade, Udinese, trois clubs qui ont la particularité d'appartenir à une même famille, patronyme Pozzo.

L'abdication de Romulus Augustule en 476 peut avoir, symboliquement, marqué la fin de l'Empire romain d'Occident, les fils de Rome n'en ont pas pour autant remisé leurs volontés d'expansion. Ainsi sa majesté Silvio Berlusconi continuant, avec Fininvest, Mediaset ou le Milan AC, de régner sur un monde immense et éclectique. Giampaolo Pozzo vient, lui, de la petite ville d'Udine, au nord de la Botte. Et il a fait de la capitale du Frioul le centre névralgique d'un empire s'étendant du Nord-Ouest de Londres au Sud de l'Espagne. Udinese Calcio, Watford FC, Granada CF, trois piliers discrets, mais solides d'une stratégie jeune et ambitieuse. Pour être un jour prince de l'Europe ?

Tu quoque mi fili


Enfant d'Udine, Giampaolo Pozzo a mal à son cœur d'homme de 44 ans en voyant l'Udinese Calcio relégué en Serie B à la suite d'une affaire de paris truqués en 1985. Alors, un an plus tard, il décide de reprendre le club tout juste remonté en Serie A. S'il ne peut dans un premier temps empêcher le club de faire l'ascenseur (neuf points de pénalité en début de championnat), Giampaolo restructure et injecte l'argent nécessaire aux succès du club. Résultat, près de 30 ans plus tard, Udinese pèse 12 qualifications européennes, affiche 140 millions d'euros de bénéfices, reçoit dans son stade fraîchement rénové et décoré de 4 étoiles UEFA. Une réussite qui doit beaucoup à un homme, Gino Pozzo, le fils du père. Une figure très éloignée de celle de Brutus, le conjuré.

Pozzo junior entre au club en 1993. Il introduit avec lui deux des axes principaux qui vont rapidement devenir une marque de fabrique : le scouting et l'internationalisation. Andrea Carnevale est ancien joueur du Napoli et actuel boss du scouting à l'Udinese. Son motto est simple mais efficace : " On doit arriver avant tout le monde ! " Pour cela, rien de mieux qu'être sur place : cinq scouts en Colombie et au Brésil, trois au Ghana, deux au Nigeria ou quatre en Suisse, entre autres. En tout, le budget du département détection se monte à 13 millions d'euros. De la thune, mais une approche plus Fabio Lucci que Nino Cerrutti : " Chelsea, Manchester, Inter, Arsenal et les équipes portugaises sont partout. Ils cherchent le produit sûr à 100%. Nous, on se contente du 50%, de le faire venir à Udine et de le faire devenir un bon joueur en deux ans. " Une stratégie qui a pu révéler Asamoah Gyan, Juan Guillermo Cuadrado,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant