Bientôt les Français préféreront échanger plutôt que payer

le
5
FuzzNails/shutterstock.com
FuzzNails/shutterstock.com

(Relaxnews) - Pleinement entraînés par la crise économique, les Français adoptent de nouvelles stratégies pour faire face aux difficultés financières et mieux joindre les deux bouts en fin de mois. L'édition 2013 de l'Observatoire Cetelem, qui analyse chaque année les prévisions de consommation dans toute l'Europe, évoque une consommation alternative. À l'avenir, 62% de Français confient vouloir faire davantage appel à l'entraide, à l'échange de produits et de coups de main que de payer.

Toutes les solutions sont désormais les bienvenues pour maîtriser son budget. L'Observatoire Cetelem appelle ce phénomène la consommation alternative. Dans les années à venir, les Français semblent vouloir éviter les circuits traditionnels et favoriser la "récup"'. 59% y ont déjà recours tandis que 67% comptent en profiter à l'avenir.

"Alternative plus radicale encore au système marchand, le troc de biens apparaît plus en retrait dans les comportements actuels des consommateurs européens (près d'un tiers d'entre eux l'a déjà pratiqué). Pour autant, l'opportunité économique et écologique, mais aussi le plaisir de l'échange convaincront plus de la moitié d'entre eux d'y avoir recours à l'avenir", explique l'Observatoire Cetelem. En France, le troc se limite à 32% de "pratiquants".

Autre piste pour limiter les dépenses : acheter en commun. 25% de Français le font déjà, alors que 51% songent à mettre l'idée en place.

Sinon, reste à mettre la main à la pâte. Le "fait-maison" concerne surtout faire la cuisine, mais également le jardinage, le bricolage et l'univers de la maison. 64% des Européens envisagent même de réparer eux-mêmes leurs appareils électriques dans les années à venir.

Mais, la consommation alternative n'est pas une simple idée futuriste. Les Français la pratiquent déjà en ayant recours à l'occasion. 63% achètent ces produits de seconde vie, mais 71% adhèreront autant ou davantage au concept à l'avenir.

Cela dit, pourquoi payer quand la location existe ? Bientôt, un tiers des Européens devrait louer plutôt qu'acheter. Le concept est intéressant pour les équipements de sport et de loisirs, envisagés par 31% de consommateurs. Même constat pour le matériel de bricolage ou de jardinage (33%).

Cette nouvelle façon de consommer ne marquera aucune entrave aux habitudes qu'ont intégrées les consommateurs avec la crise. 74% des Français chercheront systématiquement le prix le plus bas, 86% préféreront les articles moins chers proposés par les marques de distributeur et les gammes "premiers prix". Ils resteront des consommateurs éclairés, en comparant toujours plus les produits (84%).

L'Observatoire Cetelem a été réalisé en décembre 2012 avec le cabinet d'études et de conseil BIPE, sur la base d'une enquête menée par TNS Sofres en novembre 2012. Plus de 6.500 personnes ont été interrogées par internet, dans 12 pays d'Europe.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marcodan le mardi 5 fév 2013 à 16:52

    Acheter toujours moins cher.....ça veut dire des produits fabriqués dans des pays pratiquant tous les dumping: salaires,protection sociale, pollution....fiscal ....par des filiales de grands groupes et bénéficiant éventuellement de prix de transfert par les paradis fiscaux!

  • M9566237 le mardi 5 fév 2013 à 14:39

    Vos produits chinois de qualité minable plus personne en veut !

  • d.jousse le mardi 5 fév 2013 à 12:15

    l'échange annule toute fiscalité. Exemple: 1 heure de ménage payée 10 euros coûte près de 20 euros. Donc, autant échanger les services. L'impôt tue l'impôt. Notre système s'épuise. La mort annoncée du petit cheval.

  • M4847970 le mardi 5 fév 2013 à 12:14

    Il y a du vrai même si le système d'échange monétaire actuel ne sera bien sur pas remis en cause.

  • supersum le mardi 5 fév 2013 à 11:55

    Toujours moins cher les chin*toks vont en prendre pour leur grade