Bientôt des milliards d'octets au frais dans des ex-champignonnières

le
0
Bientôt des milliards d'octets au frais dans des ex-champignonnières
Bientôt des milliards d'octets au frais dans des ex-champignonnières

Une lumière bleutée très science-fiction éclaire le conteneur blanc dans la niche creusée dans la roche: voici le prototype Deep Data de stockage souterrain de données, dont les concepteurs espèrent commercialiser leur solution économe en énergie dès le second semestre 2017.Des milliers de kilomètres de galeries parcourent le sous-sol de la région des Pays-de-Loire et les pouvoirs locaux sont à la recherche de solutions pour les réutiliser. L'idée de Deep Data est de les utiliser pour y installer des serveurs de stockage de données informatiques et bénéficier de leur fraicheur naturelle pour réduire l'énergie nécessaire à leur refroidissement.Ces corridors, creusés dans le sous-sol du Val-de-Loire pour extraire la pierre blanche de tuffeau, celle qui ont fait la réputation des châteaux de la Loire, ont été un temps reconvertis en champignonnières et pourraient désormais accueillir des milliards d'octets.Environ 40% de l'énergie consommée par ces centres de stockage de données, les data centers, est utilisée pour le refroidissement du matériel, ce qui nécessite en outre de coûteux investissements en équipement de climatisation.D'où l'idée d'utiliser la fraîcheur (entre 11 et 12° C) de ces gigantesques caves pour limiter la consommation d'énergie."Le tuffeau est une pierre calcaire qui, saturée d'humidité en sous-sol, sert d'évacuateur de chaleur naturel", explique l'architecte-ingénieur Mathieu Chazelle.Depuis trois ans, le consortium Deep Data, formé pour l'occasion, a investi dans l'expérience environ 500.000 euros, dont 300.000 fournis par le conseil régional des Pays-de-Loire, 50.000 par le conseil départemental du Maine-et-Loire, et le reste par les entreprises partenaires.- Localisation tenue secrète -Et ça marche: un module d'une vingtaine de mètres carrés au sol contenant des serveurs d'une capacité de 3.200 térabits (3,2 millions de gigas) tourne depuis le mois de juin dans une galerie dont la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant