Biens culturels : Vivendi met un pied dans la Fnac

le
0
Biens culturels : Vivendi met un pied dans la Fnac
Biens culturels : Vivendi met un pied dans la Fnac

Vivendi poursuit ses emplettes. Après les Italiens Telecom Italia et Mediaset, le groupe de Vincent Bolloré, qui contrôle StudioCanal, Universal Music ou encore Gameloft, va prendre 15% du capital de la Fnac contre un chèque de 159 millions d'euros. En contrepartie, Vivendi aura droit à deux représentants au conseil d'administration de «l'agitateur culturel» et deviendra son deuxième actionnaire derrière le groupe Artémis, holding de la famille Pinault, qui détient un tiers du capital.

Selon les deux groupes, cette prise de participation aura au moins un double intérêt stratégique. Pour Vivendi, il s'agit essentiellement de sécuriser la distribution de ses productions culturels (cinéma, séries, musique, jeux vidéo…). Plus largement, la stratégie affichée par Vincent Bolloré est de permettre au groupe qui contrôle Canal +, Deezer et Digitik de multiplier les points de contacts avec le public (télévision, internet, téléphone et magasins...) afin de distribuer ses produits sur tous ces supports.

L'offre de rachat de Darty en suspens

Pour la Fnac, l'idée est de pouvoir renforcer son activité de distribution de biens culturels, notamment via internet, pour contrer des mastodontes tels qu'Amazon. L'enseigne souhaite notamment mettre en place un système innovant de billetterie dans certains pays. En outre, ce partenariat permettra au groupe présidé par Alexandre Bompard - qui a des magasins dans neuf pays, dont 114 en France -d'accélérer son développement en Europe du sud et en Afrique, où Vivendi est déjà bien implanté. Si la Fnac a enregistré en 2015 48 millions d'euros de bénéfices (+16,7%), ses ventes se sont stabilisées à 3,87 milliards d'euros, en progression en France mais avec des revers à l'international comme au Brésil. Ces nouveaux marchés lui apporteront donc mécaniquement un surcroît de ventes.

Reste une question en suspens. La Fnac affirme être toujours dans la course pour racheter ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant