Bien préparer sa succession en favorisant son conjoint

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - En matière de succession, le sort du conjoint s'est fortement amélioré. Depuis la loi du 3 décembre 2001, il hérite la plupart du temps de la totalité du patrimoine du défunt en usufruit, contre seulement 25% auparavant. Il peut ainsi, même en cas de conflit familial, rester dans ses murs, continuer à profiter de sa résidence secondaire et percevoir les revenus des placements financiers du couple.

La fiscalité a aussi été allégée. Depuis la loi Tepa d'août 2007, le conjoint survivant ne paie plus un centime de droits de succession. Reste à le favoriser le plus possible. La solution la plus simple consiste à signer une donation entre époux, aussi appelée au dernier vivant.

Un acte de donation entre époux coûte moins de 400 euros

Ce choix suppose un acte notarié, peu coûteux ? comptez entre 200 et 400 euros ?, qui stipule qu'au décès de l'un des époux, les droits du survivant sont plus étendus que ceux prévus par le Code civil. Ainsi, si vous avez des enfants, au lieu d'hériter de 100 % du patrimoine du défunt en usufruit, vous pourrez en avoir 75% en usufruit et 25% en pleine propriété. De même, s'il n'y a pas de descendants et si l'un des beaux-parents est encore en vie, le conjoint survivant pourra obtenir la totalité du patrimoine en pleine propriété au lieu des trois quarts.

La donation au dernier vivant est intéressante quel que soit votre régime matrimonial, communauté universelle exceptée. Plus tôt vous

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant