Bielsa s'en va et plonge l'OM dans le chaos

le , mis à jour à 08:34
0
Bielsa s'en va et plonge l'OM dans le chaos
Bielsa s'en va et plonge l'OM dans le chaos

C'était une défaite inaugurale, cela s'est transformé en tremblement de terre. Alors que son équipe venait de perdre 1-0 contre Caen, ce qui n'avait pas empêché le Vélodrome de scander son nom, Marcelo Bielsa a fait basculer l'OM dans une crise aussi violente que surréaliste. La conférence d'après-match touchait à sa fin. Mais au lieu de se lever, l'entraîneur de Marseille a repris la parole, sans la moindre question. « Je viens de démissionner de mon poste d'entraîneur de l'OM », a lâché sans préliminaires le manageur, tête basse, en espagnol, comme toujours. Un uppercut asséné juste après avoir transmis à Vincent Labrune, son président, une lettre expliquant les motifs de sa décision. Les joueurs, eux, n'étaient même pas au courant.

Je viens de démissionner de mon poste d'entraîneur de l'@OM_Officiel. #OMSMC pic.twitter.com/2TGeqkSWXk— Olympique Marseille (@OM_Officiel) 8 Août 2015

Dans son courrier, Marcelo Bielsa, à qui il restait un an de collaboration, évoque les changements entre les modalités d'un contrat jusqu'en 2017, négocié à plusieurs reprises en mai, juin et juillet, et la version finale proposée cette semaine après une réunion avec Luc Laboz, le directeur général et un avocat représentant Margarita Louis-Dreyfus, la propriétaire du club. « Pendant deux mois, un accord sans fissure a été trouvé, insiste-t-il. Aucun des termes ne pouvait être remis en cause. Quand je pensais signer le contrat, on a changé cet accord. Je n'ai pas discuté. J'ai écouté, j'ai demandé si les personnes présentes à cette réunion avaient autorité pour effectuer ces changements, parce que Vincent Labrune n'était pas présent. Elles m'ont répondu que oui. Le travail en commun nécessite une confiance qu'il n'y a plus. Je n'ai rien à reprocher au club, mais je n'ai rien à reprocher à ma conduite . »

«Je ne pars pas pour aller ailleurs»

El Loco n'a pas mis de temps à prendre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant