"Bielsa m'a appris à voir le foot"

le
0
"Bielsa m'a appris à voir le foot"
"Bielsa m'a appris à voir le foot"

Jared Borgetti a longtemps été le porte-drapeau du foot mexicain dans le monde entier. Il retrace son parcours, de Bielsa aux conseils d'Ivan Campos à Bolton.

Tu es né dans le village de Culiacancito, juste à côté Cualican dans l'état de Sinaloa, à quoi ça ressemble la vie là-bas ? Comme dans tous les lieux un peu reculés, notre seul moyen de s'amuser était d'aller dans la rue, au parc ou bien à l'école et jouer au ballon. J'étais libre, nous pouvions faire ce que l'on voulait du moment que ça pouvait nous distraire. On ne peut pas dire que mon enfance a été compliquée. On était quatre garçons et trois filles, élevés par une mère seule. Ma mère a toujours fait en sorte qu'on ne manque jamais de rien, grâce à dieu. En revanche, j'ai dû me battre pour beaucoup de choses. Il fallait oublier les vacances, les loisirs, les plaisirs superflus, quoi. Nous vivions au jour le jour avec ce qu'il suffisait pour remplir nos estomacs et s'habiller. Rien de plus. Nous n'étions pas dans le luxe comme certains, mais nous faisions en sorte d'être heureux.

D'ou vient cet amour pour le football ? Comme la plupart des gens qui vivent dans des villages mexicains, il y avait deux grands sports. D'un côté, le baseball. Tout le monde ou presque y jouait. La région du Sinaloa est une terre de baseball. Et de l'autre, il y a ceux qui jouent au foot. Mes frères et moi, on faisait partie de cette deuxième catégorie. Et c'est grâce à eux que j'ai aimé le foot, parce que eux y jouaient. J'aurais pu jouer au baseball aussi, mais il faudrait demander à mes frères pourquoi le football !

Quand est-ce que tu as su que tu allais devenir footballeur ? Je jouais dans des petits clubs près de chez moi, mais un jour, je devais avoir 17 ans, il y avait un tournoi à Guadalajara où j'ai pu jouer contre d'autres sélections d'Etats. J'ai pu voir les qualités des autres joueurs et beaucoup d'entre eux étaient déjà professionnels. Tout était différent de ce qu'il y avait à Culiacan. Le baseball occupait une énorme place donc on ne connaissait pas le football professionnel. Durant ce tournoi, j'ai pu apprendre un football un peu plus organisé tactiquement. Quand j'avais 15 ans, mon joueur préféré était Hugo Sánchez, le célèbre buteur mexicain du Real Madrid. Moi aussi, je voulais être avant-centre. Alors c'est en le regardant que j'ai commencé à vouloir sortir du lot aussi. Je voulais faire des choses intéressantes dans le…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant