Biélorussie - France 2 - 4 : Ces Bleus nous auront tout fait !

le
0
Biélorussie - France 2 - 4 : Ces Bleus nous auront tout fait !
Biélorussie - France 2 - 4 : Ces Bleus nous auront tout fait !

Un jour, donc, ils ont fini par marquer et gagner et il n'a pas fallu attendre une éventuelle canicule en décembre à Paris, ce qui n'est pas plus mal. L'équipe de France bouge encore, après un match complètement fou où elle a retrouvé des couleurs offensives en même temps qu'elle craquait défensivement. Dans des proportions telles que le Mondial 2014 a paru loin, hier, quand la Biélorussie a mené 2-1 avant que le succès tricolore ne lui permette de finir de manière quasi certaine parmi les meilleurs deuxièmes.

Les Bleus, qui sont passés par tous les sentiments, ont rallumé un début de flamme sous l'impulsion d'un impeccable Franck Ribéry, grand bonhomme de la soirée, enfin décisif avec l'équipe de France, ce qui manquait à son tableau de chasse des derniers mois. Dans le contenu, franchement, il y a de quoi s'inquiéter, les hommes de Didier Deschamps avançant avec une fébrilité tout droit sortie de leur match quatre jours plus tôt en Géorgie (0-0). Avec les jambes tremblantes et le c?ur en apnée, ils ont commencé par tour rater, avec un Lloris noyé par ses erreurs, avant de (presque) tout réussir.

Encore du chemin à accomplir

Le 15 octobre prochain, les Bleus éviteront de jouer la qualification sur 90 minutes face aux Finlandais dans un grand soir de frissons et de gorge sèche. Leurs ressources mentales du moment n'auraient pas rassuré au coup d'envoi. Pour autant, ce succès ne règle pas tout. Ils en passeront bien par les barrages en novembre et la peur, la leur et celle de leur environnement, ne partira pas comme ça. Ils n'ont toujours aucune marge sur leurs adversaires et cette double confrontation contre une sélection au nom encore inconnu reste un horizon - les matchs couperets - qui semble encore trop grand pour eux.

Au moins ont-ils rassuré sur le plan offensif. Evidemment, pour Benzema, il n'est jamais bon de voir les copains inscrire quatre buts depuis le banc. Mais il n'est pas sûr qu'un soir où ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant