Biden au Capitole pour défendre l'accord sur le nucléaire iranien

le
0

WASHINGTON, 16 juillet (Reuters) - Le vice-président américain Joe Biden, dépêché au Capitole pour rassurer les parlementaires au sujet de l'accord de Vienne sur le programme nucléaire iranien, s'est dit optimiste quand à son adoption malgré l'hostilité des républicains. "Je pense que tout ira bien", a-t-il déclaré à l'issue d'une réunion à huis clos avec les membres du groupe démocrate à la Chambre des représentants. Barack Obama a ratifié en mai un projet de loi autorisant les parlementaires à se prononcer sur l'accord conclu mardi et à empêcher éventuellement sa ratification en interdisant la levée des sanctions adoptées au Congrès. Majoritaire dans les deux chambres, le parti républicain milite pour son rejet mais aura besoin de l'appui de plusieurs dizaines d'élus démocrates pour parvenir à ses fins, or il y a peu de chances qu'il y parvienne. Le président a promis d'opposer son veto en cas de rejet et, pour passer outre, les adversaires de l'accord devront réunir une majorité des deux tiers dans les deux chambres. Pour ce faire, le parti conservateur devrait rallier les suffrages de 13 sénateurs et de 43 représentants démocrates, ce qui parait difficile. Certains membres du parti présidentiel n'ont pas caché leur scepticisme à propos de l'accord, mais le mouvement a jusqu'ici fait preuve de fermeté face aux manoeuvres des républicains décidés à le torpiller. "J'ai le sentiment que (l'accord) va susciter un soutien important" au sein du groupe, a déclaré le sénateur démocrate Chris Murphy. "Je n'ai rien vu dans ce que j'ai lu jusqu'ici qui puisse me faire voter contre", a-t-il ajouté. Joe Biden a assuré aux députés démocrates que rien dans l'accord n'interdisait le recours à la force si l'Iran n'en respectait pas les termes. Il doit revenir jeudi au Capitole pour une réunion avec les membres démocrates de la commission sénatoriale des Affaires étrangères. Barack Obama a quant à lui assuré mercredi lors d'une conférence de presse que l'accord "historique" de mardi était le meilleur moyen d'éviter une course aux armements et de nouvelles guerres au Proche-Orient. ID:nL5N0ZV4I2 (Patricia Zengerle et Idrees Ali, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant