Bibliothèques : le gouvernement dénonce les «pressions d'extrémistes»

le
0
Bibliothèques : le gouvernement dénonce les «pressions d'extrémistes»
Bibliothèques : le gouvernement dénonce les «pressions d'extrémistes»

Le mouvement est encore limité mais le gouvernement hausse le ton à l'encontre des militants ultraconservateurs qui entendent faire retirer des livres des rayons jeunesse de certaines bibliothèques municipales.

L'idée est partie d'un blog extrémiste, très à droite, «Le Salon Beige», qui a dressé une liste de «bibliothèques idéologiques» proposant des livres «à la gloire du gender», soit la théorie du genre. L'un des auteurs du blog cite plusieurs ouvrages qu'il aurait trouvé dans une bibliothèque ( «La princesse qui n'aimait pas les princes», «Jean a deux mamans», «Mes deux Papas») et  donne ensuite les coordonnées de l'établissement «pour les contacter»...

Ce mardi, Béatrice Bourges, présidente du Printemps français groupe d'opposants radicaux au mariage homosexuel a renchéri : «On demande aux parents d'appeler les bibliothèques, les mairies pour que ces livres soient retirés des rayons». Elle précise que ces ouvrages mettraient «dans la tête d'une petite fille ou d'un petit garçon qu'ils ne sont pas forcément fille ou garçon en fonction de leur sexe biologique mais qu'ils décideront quand ils seront plus grands».

Philippe Brillault, maire divers droite du Chesnay (Yvelines) et farouchement opposé au mariage homosexuel a pris cet appel au mot. Ce dernier a encouragé le déplacement d'une dizaine de titres auparavant stockés dans un bac accessible aux plus petits. Les ouvrages sont désormais placés en hauteur sur une étagère du «fonds des parents» dédiée à la parentalité dans le rayon jeunesse de la bibliothèque de cette ville des Yvelines. Dans ce département, les bibliothèques de Versailles, Saint-Germain-en-Laye, Viroflay et Le Chesnay (Yvelines) ont été victimes ces derniers jours de pressions exercées par des groupes.

VIDEO. Théorie du genre: des bibliothèques victimes de pressions

Le coup de colère d'Aurélie Filippetti

La ministre de la Culture Aurélie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant