Bhoutan: l'internet et les portables révolutionnent le pays

le
0
Bhoutan: l'internet et les portables révolutionnent le pays
Bhoutan: l'internet et les portables révolutionnent le pays

Les parents de Kiran Rasaily, un boucher de la capitale bhoutanaise Thimphou, habitent loin à la campagne. Il peut néanmoins les joindre sur leur portable à tout moment, une révolution dans cette société traditionnelle en plein bouleversement.Niché entre la Chine et l'Inde, le petit Etat himalayen du Bhoutan est resté longtemps fermé aux nouvelles technologies mais l'autorisation de la télévision et d'internet en 1999 a accéléré son changement."Le Bhoutan est en train de sauter de l'âge féodal à la modernité sans passer par l'âge industriel", constate Tenzing Lamsang, rédacteur en chef du "Bhutanese".Depuis les locaux de cet hebdomadaire d'investigation, ce jeune journaliste à l'anglais impeccable peut contempler à loisir les montagnes encaissant la capitale. Son oeil vif semble toutefois davantage attiré par le flot d'informations disponible sur la toile, témoin des bouleversements en cours au Bhoutan."En 30 ou 40 ans ce pays pourrait accomplir une évolution qui aura pris un siècle ailleurs!", prévoit-il.Dans les rues animées de Thimphou, où les habitants se croisent dans un joyeux mélange de tuniques traditionnelles et de vêtements occidentaux, jeunes garçons comme adolescentes ont dorénavant tous un téléphone portable. La plupart utilisent de simples modèles vocaux mais certains disposent de smartphones avec une connexion internet, de marques chinoises et indiennes peu connues en Occident mais aussi quelques Samsung sud-coréens."Si je n'ai pas de mobile, je ne peux pas travailler car du matin au soir, je gère mes affaires par téléphone", explique Kiran Rasaily, 32 ans, entre deux courses dans des bâtiments modernes ornés de motifs floraux à l'ancienne.Ses parents habitent dans le sud du Bhoutan, une de ces zones rurales où les routes goudronnées sont encore rares, à l'inverse d'une capitale en chantier hérissées d'échafaudages en bambou. Ils ont pourtant déjà leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Turquie: pour Ankara, le blocage de Twitter vise à éviter la "diffamation systématique"
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant