Béziers : les affiches contre le sida détournées par Robert Ménard

le
0
Béziers : les affiches contre le sida détournées par Robert Ménard
Béziers : les affiches contre le sida détournées par Robert Ménard

La version originale des affiches du ministère de la Santé contre le VIH, mettant en scène des couples homosexuels, n'a pas emballé Robert Ménard. Si certains maires LR ont décidé de les retirer ou de prendre un arrêté pour les interdire, le premier édile de Béziers (Hérault), déjà habitué aux campagnes d'affichage polémiques, a lui choisi de les détourner. Exit les couples de même sexe : l'affiche biterroise met en avant un homme et une femme s'enlaçant sur un fond rose. 

«Dans les rues de Béziers, notre réponse à la campagne du gouvernement #Fidélité», se félicitait Robert Ménard, tweetant ce lundi matin une photo de l'affiche avec plusieurs slogans comme «S'aimer, se donner, tout donner» ou «L'amour, ça se protège #Fidélité». La devise républicaine se voit également revue et corrigée en «Liberté, égalité, fidélité». 

 

Dans les rues de #Béziers, notre réponse à la campagne du @gouvernementFR #Fidelite pic.twitter.com/2xFGIxM7TH

— Robert Ménard (@RobertMenardFR) 28 novembre 2016

 

Comme l'a relevé le Huffington Post, l'affiche n'a pas vu le jour à la mairie de Béziers. Dans une version un peu différente, mais avec la même photo, elle a été partagée sur les réseaux sociaux dès le 21 novembre.

 

@EuropeforFamily Liberté Égalité Fidélité pic.twitter.com/wrHo35vzdY

— A son image (@asonimage) 21 novembre 2016

Mais dès le début de la campagne à Béziers, l'affiche a très rapidement eu un écho jusqu'à l'autre bout du monde, en Australie plus précisément. Car la photo a été prise par Matthew Jake Kane, qui habite Sydney. Et le photographe ne se montrait pas vraiment enthousiaste quant à l'utilisation de son cliché. «Je ne sais pas si je peux faire quoi que ce soit à ce sujet. La photo a été téléchargée depuis Unsplash, un site de clichés gratuits et libres de droits», a-t-il réagi sur Twitter.

 

@DesTensions I dont know that there is ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant