Béziers : la justice suspend le référendum sur les migrants de Robert Ménard

le
0
Béziers : la justice suspend le référendum sur les migrants de Robert Ménard
Béziers : la justice suspend le référendum sur les migrants de Robert Ménard

C'était une nouvelle controverse lancée par Robert Ménard, coutumier des polémiques et des sorties réactionnaires. Le tribunal administratif de Montpellier a suspendu mardi la tenue d'une «consultation» locale décriée que souhaitait organiser le maire de Béziers. Celle-ci, qui portait sur les «migrants», devait avoir lieu en janvier. Après avoir été saisie par le préfet de l'Héraut, la justice s'est donné le temps de statuer sur le fond de l'affaire, évoquant toutefois un «doute sérieux sur la légalité du projet». 

 

Lire aussi. Drôme : le maire d'Allex renonce à son référendum sur l'accueil des migrants

 

L'objet de ce «référendum» concernait l'extension d'un centre d'accueil de demandeurs d'asile à Béziers. «Approuvez-vous l'installation de nouveaux migrants, imposée par l'État, sans consultation du conseil municipal ?», voulait demander Robert Ménard aux électeurs de la commune. Selon l'ordonnance du juge des référés, cette extension dépend des «autorités de l'État» et relève «de leur seule compétence». Or, pour la loi, les consultations locales doivent uniquement concerner des décisions locales... 

 

«Les communes ont interdiction de consulter la population, a dénoncé la municipalité, mardi, dans un communiqué. On ne peut que regretter cette décision centralisatrice et technocratique.»

 

Lire aussi. Béziers : pour la justice, le fichage des chiens est «disproportionné»... mais légal

 

L'ancien président de Reporters sans Frontières, désormais proche du Front national, avait pris l'initiative inhabituelle de défendre lui-même le 1er décembre devant le tribunal administratif de Montpellier sa «consultation» municipale. La commune est «compétente concernant les modalités d'installation de populations étrangères», avait-il notamment assuré. Mais ses interventions, souvent plus politiques que juridiques, lui avaient valu plusieurs rappels à l'ordre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant