Béziers : l'étude du matin menacée pour les enfants de chômeurs

le
3
Béziers : l'étude du matin menacée pour les enfants de chômeurs
Béziers : l'étude du matin menacée pour les enfants de chômeurs

Une nouvelle décision du maire de Béziers (Hérault), qui risque de faire polémique. Après le retour de la blouse à l'école, l'interdiction aux habitants d'étendre leur linge et l'instauration d'un couvre feu, Robert Ménard veut supprimer l'étude surveillée du matin aux enfants de chômeurs, selon une information du Huffington Post.

Lors du dernier conseil municipal du 22 mai, le maire de Béziers, élu avec le soutien du Front national, a expliqué qu'il ne coulait plus que les élèves de primaire dont les parents sont sans emploi soient ainsi accueillis avant le début des cours. La mesure, justifiée par un souci «d'économies», est dénoncée par les élus de l'opposition qui estiment qu'il y a discrimination.  «Le service public doit être le même pour tous»,  souligne Aimé Couquet, conseiller municipal d'opposition, qui affirme que cette initiative n'est pas légale.

Trop peu d'élèves à cette étude surveillée

C'est l'étude surveillée entre 7h35 et 8h30 le matin qui est visée. Le maire veut la remplacer par un simple  «accueil».  Pour Robert Ménard, les comptes parlent d'eux-mêmes : 320 élèves sur 6500 assistent à cette étude surveillée, ce qui est insuffisant à ses yeux. «Mais je ne crois pas qu'il y ait des tonnes de rendez-vous pour des entretiens d'embauche avant 8h30», justifie Robert Ménard, précisant que, si le cas se présentait, une dérogation ponctuelle serait proposée.

Fin avril, la mairie de Béziers avait déjà annoncé un couvre-feu entre 23 heures et 6 heures pour les mineurs de moins de 13 ans dans l'hyper-centre et dans le quartier populaire de la Devèze et avait instauré une verbalisation de 35 euros à compter du 1er mai pour les déjections canines. Plus récemment, le maire a interdit aux habitants d'étendre leur linge à leur fenêtre et proposé d'offrir des blouses à tous les enfants des écoles maternelles et de primaire, tant aux élèves des écoles publiques que des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4447694 le mercredi 4 juin 2014 à 11:02

    En supprimant petit a petit les methatases nous arriverons a guerrir du cancer des !!!profiteurs!!!

  • M940878 le mardi 3 juin 2014 à 12:05

    très bien

  • M5054720 le mardi 3 juin 2014 à 11:58

    BRAVO .