Beyrouth : au moins 22 morts dans un attentat près de l'ambassade d'Iran

le
0
Beyrouth : au moins 22 morts dans un attentat près de l'ambassade d'Iran
Beyrouth : au moins 22 morts dans un attentat près de l'ambassade d'Iran

Un attentat à la voiture piégée a fait de nombreuses victimes mardi matin, à Beyrouth (Liban) devant l'ambassade d'Iran, principal allié du régime syrien qui lutte contre une rébellion armée. Selon des sources sécuritaires libanaises, on déplore au moins 22 morts et 146 blessés mais il n'y a pas de victime «dans l'ambassade» d'Iran confirme l'ambassadeur Ghazanfar Rokn-Abadi.

La mort du conseiller culturel de l'ambassade Ibrahim al-Ansari, annoncée par des sources gouvernementales libanaises, n'a pas été confirmée officiellement par l'Iran, selon la télévision d'Etat. Le précédent bilan faisait état de quinze morts.

La Syrie condamne fermement l'attentat à Beyrouth.

L'explosion s'est produite peu avant 10 heures (9 heures en France) dans le quartier de Bir Hassan, au sud de la capitale. Des images diffusées par la chaîne de télévision Al-Mayadeen ont montré des habitants affolés, des voitures en feu, de corps calcinés et le feu dévorant un immeuble. Les pompiers sur les lieux tentaient d'éteindre les incendies alors que les alentours étaient totalement dévastés.

Ce quartier est considéré comme un fief du Hezbollah libanais, mouvement proche du régime iranien et allié indéfectible du pouvoir en Syrie. Cette attaque intervient alors que son chef Hassan Nasrallah a affirmé jeudi, lors d'une rare apparition en public, que son mouvement poursuivrait son combat en Syrie contre les rebelles aux côtés de l'armée de Bachar al-Assad.

La banlieue sud de Beyrouth avait déjà été visée par deux attaques à la voiture piégée qui ont fait 27 morts en juillet et août derniers.

Le Liban est sans gouvernement en raison des divisions politiques entre le camp du Hezbollah et celui de ses rivaux au sujet de la guerre en Syrie voisine. Le Hezbollah, seul parti libanais disposant d'un puissant arsenal, affirme que sa lutte aux côtés du régime syrien vise à combattre des «extrémistes» sunnites qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant